3 min de lecture Présidentielle 2017

Les Républicains : et maintenant, que vont faire les recalés de la primaire ?

ÉCLAIRAGE - Nadine Morano, Henri Guaino ou encore Geoffroy Didier n'ont pas réussi à se qualifier pour la primaire.

Nadine Morano : je crois que Nicolas Sarkozy a fait une faute politique majeure
Nadine Morano : je crois que Nicolas Sarkozy a fait une faute politique majeure Crédit : VASILY MAXIMOV / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Ils étaient treize à prétendre à l'investiture du parti Les Républicains. Seuls huit sont parvenus à décrocher les 250 parrainages d'élus et le soutien de 2.500 militants avant le 9 septembre. En attendant la confirmation de la Haute autorité de la primaire le 21 septembre, Alain JuppéNicolas SarkozyFrançois FillonBruno Le MaireNathalie Kosciusko-MorizetJean-François Copé, Jean-Frédéric Poisson (Parti chrétien démocrate) et Hervé Mariton sont quasi assurés de voir leur nom sur les bulletins de vote les 20 et 27 novembre prochains. 

D'autres candidats ont échoué dans leur opération séduction auprès des élus et des adhérents du parti fondé en 2014. C'est le cas d'Henri Guaino, l'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Geoffroy DidierNadine MoranoJacques Myard et Frédéric Lefebvre. Comment comptent-ils faire entendre leurs voix dans la dernière ligne droite ?

Le Gaulliste Henri Guaino, directement candidat à la présidentielle

Il avait prévenu. Si Henri Guaino ne parvenait pas à réunir les parrainages nécessaires à une candidature à la primaire, il se présenterait directement à la présidentielle. D'une course aux parrainages à une autre. L'ancienne plume de Nicolas Sarkozy part désormais à la conquête des 500 signatures d'élus pour se qualifier pour le premier tour du 23 avril 2017. "Je vais commencer cette collecte des parrainages dès la semaine prochaine", a-t-il annoncé au cours de sa conférence de presse le 9 septembre. 

À lire aussi
François Hollande à Blois, le 14 novembre 2018 présidentielle 2017
Présidentielle 2017 : François Hollande regrette de ne pas s'être présenté
Henri Guaino quittant l'Assemblée nationale, le 26 mars 2013 (archives)
Henri Guaino quittant l'Assemblée nationale, le 26 mars 2013 (archives) Crédit : AFP / ERIC FEFERBERG

À l'image de Nadine Morano et Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a obtenu ses parrainages sur le fil, Henri Guaino ne s'est jamais montré tendre avec les modalités d'organisation de la primaire. Un scrutin que celui qui se revendique du Général de Gaulle, désormais "en congé du bureau politique du parti et de la Commission d'investiture des Républicains", n'affectionne pas. "La primaire signe le retour du régime des partis qui a conduit à tant de désastres. Dans l’esprit de la Ve République, un candidat à l’élection présidentielle ne peut pas être celui d’un camp, encore moins celui d’un parti, car il aspire à devenir l’homme de la nation toute entière et à incarner l’unité."

Le Sarkozyste Geoffroy Didier veut négocier son soutien

Il incarne ce qu'il appelle la Droite forte. Geoffroy Didier, fidèle à Brice Hortefeux et proche de Nicolas Sarkozy avec qui il a récemment pris ses distances, n'a pas clairement indiqué son intention de le soutenir. "Il n'y aura pas de soutien mécanique. Je prendrai le temps de rencontrer chaque candidat et vais continuer à défendre mes priorités", assure-t-il dans un entretien à nos confrères du Figaro. Histoire de négocier un éventuel ministère ? Jacques Myard, qui se définit comme souverainiste, attend également d'en savoir plus sur les intentions des candidats restants. "Je ne suis pas de ceux qui ne soutiendront personne. Je soutiendrai quelqu’un parce que c’est la famille", affirme-t-il à Europe 1.

Le cofondateur de la Droite forte Geoffroy Didier au siège de l'UMP le 6 octobre 2012. (archives)
Le cofondateur de la Droite forte Geoffroy Didier au siège de l'UMP le 6 octobre 2012. (archives)

Isolée, Nadine Morano n'a encore rien promis

"Je vais continuer à défendre mes idées, ce que je crois bon pour la France, car la situation est dramatique." Dans l'incapacité de réunir les parrainages suffisants, Nadine Morano n'a fait aucune promesse. Loin des convictions de NKM, émancipée de Nicolas Sarkozy parce qu'au bord de l'exclusion du parti en septembre 2015 après ses propos sur la race blanche, la députée européenne est isolée dans son propre camp. Reste à savoir comment l'ex-ministre de l'Apprentissage de Nicolas Sarkozy peut exister médiatiquement et porter ses idées sur la scène nationale en étant candidate à rien ? En revenant dans l'écurie Sarkozy ?

Frédéric Lefebvre, candidat envers et contre tout ?

Il n'a pas obtenu les parrainages requis mais Frédéric Lefebvre n'entend pas en rester là. Le député des Français de l'étranger souhaite être candidat avec son parti Nouveaux horizons. En prenant le Parti chrétien démocrate, un parti associé aux Républicains, comme référence. "J’ai donc décidé avec Nouveaux horizons (qui n'est pas associé au parti LR), le parti politique que je préside, comme me le permet l’article 4 paragraphe 3 alinéa 2 de la primaire (…) d’être candidat".

Le député Les Républicains Frédéric Lefebvre
Le député Les Républicains Frédéric Lefebvre Crédit : AFP / Bertrand Guay

Cet article précise que "pour les candidats issus des autres partis et groupements politiques concourant à la primaire, les conditions de présentation des déclarations de candidature sont arrêtées par les organes délibérants de partis concourant à la primaire". Pas sûr que Thierry Solère, qui garantit le respect des règles de cette primaire, voit ce recours d'un bon œil...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Les Républicains Primaire Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784807786
Les Républicains : et maintenant, que vont faire les recalés de la primaire ?
Les Républicains : et maintenant, que vont faire les recalés de la primaire ?
ÉCLAIRAGE - Nadine Morano, Henri Guaino ou encore Geoffroy Didier n'ont pas réussi à se qualifier pour la primaire.
https://www.rtl.fr/actu/politique/les-republicains-et-maintenant-que-vont-faire-les-recales-de-la-primaire-7784807786
2016-09-10 21:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/gkNCR2i7NiGha9Z-QGa4PA/330v220-2/online/image/2015/1006/7779993328_000-dv2144130.jpg