7 min de lecture Législatives 2017

Législatives 2017 : les 36 circonscriptions à surveiller de près

Ministres actuels ou sortants, anciens candidats à la présidentielle, personnalités issues de la société civile : tous seront en lice les 11 et 18 juin prochain pour tenter de décrocher un siège de député.

L'Assemblée nationale, le 18 octobre 2016.
L'Assemblée nationale, le 18 octobre 2016. Crédit : CHAMUSSY/SIPA
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

Ça y est c'est officiel. Depuis vendredi 19 mai, date officielle de la clôture du dépôt des candidatures, on connaît les visages de ceux qui tenteront de gagner leur place à l'Assemblée nationale les 11 et 18 juin prochain, dans les 577 circonscriptions françaises

Les enjeux de ce scrutin incertain sont multiplesEmmanuel Macron réussira-t-il son pari de constituer une majorité à l'Assemblée ? Les ministres engagés devront-ils démissionner ? Le Front national réussira-t-il à faire élire plus de deux députés ? Les résultats permettront également de faire le point sur les partis historiques, à savoir le Parti socialistes et Les Républicains, sortis très affaiblis de cette élection présidentielle. Certaines circonscriptions seront à observer d'un peu plus près, de par leur enjeu particulier. 

Six ministres jouent leur place au sein du gouvernement

Emmanuel Macron et son premier ministre Édouard Philippe ont été clairs : chaque ministre engagé dans les législatives qui serait battu, devra immédiatement démissionner. Ils sont six dans ce cas. Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, tentera pour sa part de conserver la première circonscription de l'Eure, acquise en 2012. Mais la tâche ne sera pas facile puisqu'il sera confronté à une candidate investie par son ancien parti Les Républicains. Autre ministre candidate à sa succession, Annick Girardin, la ministre de l'Outre-mer. Sous les couleurs du Parti radical de gauche, elle se présente une nouvelle fois dans la plus petite circonscription de France, Saint-Pierre-et-Miquelon. En 2012, elle avait été élue dès le premier tour avec plus de 65,5% des voix. 

Quatre autres membres du gouvernement ont quant à eux été investis par La République En Marche. Le ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand brigue lui encore sa propre succession dans la 6ème circonscription du Finistère où il avait été élu sous les couleurs du PS il y a cinq ans. Christophe Castaner, député PS dans la 2ème circonscription des Alpes-de-Haute-Provence est exactement dans la même situation. Mais il en est conscient, sa circonscription est "difficile". Emmanuel Macron y est arrivé en troisième position au premier tour de l'élection présidentielle. La centriste Marielle de Sarnez va tenter de s'imposer dans la 11ème circonscription de Paris, où elle sera opposée au député sortant socialiste et frondeur Pascal Cherki. Enfin, un autre duel parisien sera particulièrement scruté : le secrétaire d'État au Numérique Mounir Mahjoubi se présente lui pour la première fois à une élection, et sera opposé à l'actuel secrétaire national du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis, député sortant de la 16ème circonscription de la capitale

8 anciens ministres de François Hollande en lice

À lire aussi
Des bulletins de vote dans une urne. Guyane
Législative partielle en Guyane : le candidat REM devance son adversaire LFI

À peine leur mission gouvernementale terminée, et déjà en campagne. Si certains ex-ministres ont décidé de pas briguer un nouveau mandat parlementaire, à l'image de Bernard Cazeneuve ou encore Ségolène Royal, ce n'est pas le cas de tous. Najat Vallaud-Belkacem, ancienne ministre de l'Éducation nationale, se présente par exemple dans la sixième circonscription du Rhône, où elle apparaît en difficulté face à Bruno Bonnell, investi par REM selon un sondage paru dans le JDD (19% d'intentions de vote contre 30% pour l’entrepreneur, ndlr). L'ancien garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas est quant à lui candidat dans la 1ère circonscription du Finistère, qui avait plébiscité à plus de 80% Emmanuel Macron lors du second tour de la présidentielle. 

Matthias Fekl, éphémère ministre de l'Intérieur revient sur les terres du Lot-et-Garonne, où il avait déjà été élu en 2012. Il se présente dans la même circonscription, la deuxième. L'une des circonscriptions parisiennes attirera tous les regards, la 18ème. L'ex-ministre du Travail Myriam El Khomri y est candidate, et n'aura pas à affronter un adversaire investi par REM. Elle devra cependant batailler ferme pour s'imposer face au candidat LR Pierre-Yves Bournazel, et à Caroline De Haas, soutenue par Benoît Hamon

De son côté, l'ancienne ministre du Logement Emmanuelle Cosse tentera pour la première fois d'obtenir un siège de député, dans la 3ème circonscription de Seine-Saint-Denis. Enfin, les trois derniers membres du gouvernement de François Hollande engagés dans ces législatives seront, comme Myriam El Khomri, dispensés d'un adversaire investi par LREM. Il s'agit de Stéphane Le Foll, ancien ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement, candidat dans la 4ème circonscription de la Sarthe, de Marisol Touraine, ancienne ministre de la Santé en lice dans la 3ème circonscription d'Indre-et-Loire. Enfin, Ericka Bareigts, anciennement à la tête du ministère des Outre-mer, tentera de briguer un second mandat consécutif dans la 1ère circonscription de La Réunion

Sept anciens candidats à la présidentielle tentent leur chance

Sur les 10 prétendants déçus à l'Élysée, 7 ont décidé de se présenter une nouvelle fois devant les Français. Si François Fillon a jeté l'éponge, ce n'est pas le cas de Marine Le Pen par exemple. Après avoir hésité, la finaliste de l'élection présidentielle sera candidate dans son fief de Hénin-Beaumont, situé dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais. Quatrième homme de l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon sera lui favori dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, face au député socialiste sortant Patrick Mennucci. Arrivé 5ème à l'issue du premier tour de la présidentielle, Benoît Hamon tentera de se faire réélire dans la 11ème circonscription des Yvelines

Après son ralliement à Marine Le Pen durant l'entre-deux tours, Nicolas Dupont-Aignan pourrait se retrouver en difficulté dans la 8ème circonscription de l'Essonne, où il est pourtant élu depuis 20 ans. Jean Lassalle tentera lui aussi de conserver son siège de député dans la 4ème circonscription des Pyrénées-Atlantiques. Enfin, François Asselineau et Nathalie Arthaud seront tous les deux candidats en Seine-Saint-Denis. Tous deux brigueront un premier mandat de député, respectivement dans les 10ème et 6ème circonscriptions du département. 

Les matchs à suivre

La 9ème circonscription de Haute-Garonne va voir s'affronter deux poids lourds à gauche : le député socialiste sortant Christophe Borgel, également secrétaire national du PS aux élections, et Manuel Bompard, le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon. Rien n'est gagné pour le socialiste, sachant que lors du premier tour de l'élection présidentielle, le candidat de La France insoumise était arrivé en tête devant Emmanuel Macron dans cette circonscription. Beaucoup de suspense également dans la 5ème circonscription de Paris. La député sortante socialiste Seybah Dagoma, en lice pour un second mandat affrontera Benjamin Griveaux, porte-parole d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle mais aussi le porte-parole d'Europe-Écologie-Les-Verts Julien Bayou

Autre affiche parisienne annoncée, l'écologiste Cécile Duflot affronte Danielle Simonnet, conseillère de Paris et très proche de Jean-Luc Mélenchon, dans la 6ème circonscription de la capitale. Les deux femmes étaient déjà opposées en 2012 et le duel avait tourné à l'avantage de l'ancienne ministre, qui espère bien garder son siège à l'Assemblée. Dans la 1ère circonscription de la Somme on se dirige vers un duel à trois. C'est ici que se présentent François Ruffin, qui s'est opposé à Emmanuel Macron sur le dossier Whirlpool et qui sera soutenu par La France insoumise. Il affrontera la député socialiste Pascale Boistard mais aussi le comédien investi par le Front national Franck de Lapersonne

Figure de La France insoumise, Alexis Corbière, le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon pendant la campagne va tenter de déloger le socialiste Razzy Hammadi, qui détient depuis 2012 la 7ème circonscription de Seine-Saint-Denis. Également en région parisienne, Aurore Bergé, récent soutien d'Emmanuel Macron affrontera celui pour qui elle tractait en 2010, Jean-Frédéric Poisson, le président du Parti chrétien-démocrate dans la 10ème circonscription des Yvelines. Dans la 8ème circonscription de Seine-et-Marne, l'ancien patron du Raid, Jean-Michel Fauvergue fera ses premiers pas en politique. Investi par REM, il sera opposé au député socialiste sortant Eduardo Rihan-Cypel

Enfin, c'est dans la 2ème circonscription du Gard que l'ancienne torera Marie Sara, elle aussi investie par La République En Marche aura fort à faire pour prendre son siège de député à Gilbert Collard, élu sous la bannière du Rassemblement bleu marine en 2012. "C'est aussi pour qu'il ne soit pas réélu que je suis candidate" avait-elle expliqué. 

Les autres personnalités politiques engagées

L'ancien premier ministre Manuel Valls se présente dans son fief de l'Essonne et sous l'étiquette de la "majorité présidentielle". S'il ne trouvera aucun adversaire du PS ou de LREM sur sa route, il affrontera le chanteur Francis Lalanne, suppléant d'un candidat divers gauche, et l'humoriste controversé Dieudonné, dans la 1ère circonscription du département

Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a repris la circonscription de François Fillon aura fort à faire pour remporter la 2ème circonscription de Paris. Elle doit faire face à deux candidatures dissidentes à droite : celle du maire du VIème arrondissement, Jean-Pierre Lecoq, ainsi que celle de l'ancienne plume de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino. Si elle avait expliqué vouloir travailler avec la majorité présidentielle, REM lui a quand même opposé un candidat, en la personne de Gilles Le Gendre. 

Du côté du Front national, certains cadres du parti comptent bien remporter leur premier siège à l'Assemblée. Florian Philippot se présente dans la 6ème circonscription de Moselle, tandis que le compagnon de Marine Le Pen Louis Aliot est candidat dans la 2ème circonscription des Pyrénées-Orientales. Le secrétaire général du parti Nicolas Bay est quant à lui candidat dans la 6ème circonscription de Seine-Maritime. Enfin, nouvelle venue en politique, l'épouse de Robert Ménard, Emmanuelle Duverger. Celle qui dit avoir le soutien du Front national sera opposée au député LR sortant, Élie Aboud dans la 6ème circonscription de l'Hérault

Enfin, l'ami de François Hollande et maire de Tulle Bernard Combes briguera pour la première fois un siège de député et pas dans n'importe quelle circonscription. Il sera candidat dans la 1ère du département de la Corrèze, là même où l'ancien chef de l'État avait été élu député de 1988 à 1993 puis de 1997 à 2012. 

Pour retrouver tous les candidats et leurs suppléants circonscription par circonscription, le gouvernement a mis a disposition un tableau complet téléchargeable sur son site internet

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Législatives 2017 Les Républicains Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants