1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Le vote électronique est-il une réponse à l’abstention ?
2 min de lecture

Le vote électronique est-il une réponse à l’abstention ?

La forte abstention du 1er tour des élections régionales et départementales continue à interroger. Dans ce contexte, des politiques soutiennent la mise en place du vote en ligne, par Internet. Est-ce efficace ?

Bureau de vote. (Illustration)
Bureau de vote. (Illustration)
Crédit : THEO ROUBY / AFP
Régionales : le vote électronique, une parade contre l'abstention ?
03:03
Régionales : le vote électronique, une parade contre l'abstention ?
03:03
micro générique
Jean-Mathieu Pernin - édité par Céline Morin

Et si c'était la solution contre l’abstention ? Pas l’obligation de voter, mais plutôt remplir son devoir de citoyen depuis son ordinateur dans son lit ou en regardant un épisode de Pat Patrol ? Stanislas Guerini, patron de la République En Marche soutient l’idée : "Je pense qu’il faut se donner tous les moyens sur le vote par Internet : je souhaite qu’on puisse le mettre en place dans le quinquennat. Cela fait aussi partie des enjeux démocratiques".  

On parle bien là du vote par Internet, pas uniquement des machines à voter électroniques dont un moratoire de 2007 a gelé l’implantation dans les communes. Le vote en ligne est déjà possible pour les élections professionnelles, pour les Français de l’étranger, mais reste difficile à faire entendre dans un pays très attaché au papier, à l’urne et à l’isoloir. 

Le principal problème : la sécurité. En 2017, le vote des Français de l’étranger pour les législatives a été annulé en raison d’un grand risque d’attaque malveillante. Dans un entretien au journal le Monde, le directeur de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information espère que le vote en ligne sera ouvert en 2022 si le ministère de l’Intérieur, où arrivent les résultats électoraux, sécurise ses réseaux.

Comment se déroule concrètement un vote électronique ?

Si on se base sur le vote des Français installés à l’étranger, on reçoit un identifiant et un mot de passe avant de se rendre sur un site dédié et voter pour le candidat choisi. Un scrutin traité à la fois par le ministère de l’Intérieur et par le ministère des Affaires étrangères

À lire aussi

Pourtant, plusieurs interrogations persistent. Comment être sûr que c’est bien vous le votant et non quelqu’un qui a subtilisé votre carte d’identité même sécurisé ? Comment ne pas subir chez soi la pression d’un tiers sur son choix politique ? L’abstention n’est-elle qu’un problème de confort, la flemme d’aller au bureau de vote ou peut être un peu plus que ça ? Pour l’instant, les questions sont plus nombreuses que les réponses.

Certains pays ont déjà opté pour le vote électronique, quel bilan ?

Le pays phare dans ce domaine, c’est l’Estonie : carte d’identité numérique dès 2004 et e-voting depuis 2007. Au début ça n’a séduit que 5,5 % des votants, et pourtant, aux législatives de 2019, 46 % des inscrits ont voté en ligne. Mais c’est une exception. 

La Norvège, la Suisse ou l’Irlande ont suspendu le vote en ligne à la suite de problèmes de sécurité et de piratage. En 2017, Emmanuel Macron déclarait que le numérique participe à la démocratie. Désormais, même l’isoloir pourrait être virtuel.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/