1 min de lecture Rassemblement national

Le Rassemblement national contraint de fermer un tiers de ses permanences

RÉACTION - Le parti de Marine Le Pen est obligé de fermer un tiers de ses permanences. En cause la saisie de deux millions d'euros de subvention publique. Le Rassemblement national va aussi réduire son nombre de salariés.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Le Rassemblement national contraint de fermer un tiers de ses permanences Crédit Image : Bertrand GUAY / AFP | Crédit Média : Marie-Bénédicte Allaire | Durée : | Date : La page de l'émission
Marie-Bénédicte Allaire
Marie-Bénédicte Allaire et Marie Sasin

Les difficultés continuent pour le parti de Marine Le Pen. Le Rassemblement national est obligé de fermer un tiers de ses permanences et de réduire de moitié le nombre de ses salariés en raison de problèmes financiers.

"En l'état aujourd’hui c'est vrai que nous ne pouvons pas fonctionner correctement" a reconnu Marine Le Pen, au micro de RTL, qui fait sa rentrée à la foire de Châlons-en-Champagne, même elle ne confirme pas les chiffres annoncés.  

"Le fait que dans une grande démocratie moderne, le premier parti d'opposition soit privé sans aucun jugement, de pouvoir fonctionner est une atteinte gravissime à la démocratie" a-t-elle expliqué.


En juillet dernier, le parti a été privé de deux millions d'euros de subvention publique dans le cadre de l'affaire des assistants présumés fictifs. Un tiers des cent permanences électorales du Rassemblement national ferment.

À lire aussi
Marine Le Pen, le 16 janvier 2020 Marine Le Pen
Présidentielle 2022 : pourquoi Marine Le Pen a-t-elle déjà annoncé sa candidature ?

Un cadre du parti a expliqué que "jusqu'à présent, le siège prenait en charge 40% du montant du loyer des permanences. Là, il n'est plus en mesure de le faire", rapporte nos confrères du Parisien

La moitié des emplois menacée

Le Rassemblement national va aussi devoir faire des économies sur le personnel. Un proche de la présidente a souligné que ces dépenses s'élevaient à trois millions d'euros par an et qu'elles devraient être "réduites au maximum".

La moitié des emplois serait menacé d'après, soit 25 salariés qui pourraient perdre leur travail.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Rassemblement national Marine Le Pen Extrême droite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants