1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Le pronom "iel" dans "Le Robert" : "L'écriture inclusive exclut", estime Valérie Pécresse sur RTL
2 min de lecture

Le pronom "iel" dans "Le Robert" : "L'écriture inclusive exclut", estime Valérie Pécresse sur RTL

INVITÉE RTL - Celle qui veut représenter la droite en 2022 veut "sauver la langue française". Dernière cible en date : le pronom non-binaire "iel".

Valérie Pécresse
Valérie Pécresse
Crédit : RTL
Valérie Pécresse invitée RTL ce jeudi 18 novembre
09:17
Valérie Pécresse invitée RTL ce jeudi 18 novembre
09:17
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

Le dictionnaire Le Robert a fait entrer le pronom "iel" dans sa nouvelle édition. "Iel", c'est la contraction de "il" et "elle" pour ceux qui ne se reconnaissent ni fille, ni garçon. Un mot déjà utilisé par les personnes non-binaires qui expliquent apprécier cette reconnaissance. Mais comme l'argot, le verlan ou les anglicismes avant "iel", les nouveautés de la langue ne plaisent pas à tout le monde et un conflit très politique entre progressistes et conservateurs s'est installé.

"Je ne suis pas pour déconstruire la langue. Dans la langue française, le neutre, c'est le masculin, avance Valérie Pécresse, la présidence de la région Île-de-France et candidate pour représenter LR à la présidentielle de 2022. Alors je sais que c'est compliqué à expliquer, mais c'est ça la langue française. L'écriture inclusive, je l'ai fait interdire quand je suis arrivée à la tête de ma région. Elle était utilisée un petit peu, au petit bonheur la chance, par les services. Donc il y avait des idées, mais personne ne comprenait comment on accordait les participes passés ou les adjectifs. Le vrai problème, c'est que cette écriture pseudo-inclusive, comme personne ne la parle et que personne ne sait la maîtriser, en fait, elle exclut. Elle exclut notamment les plus fragiles d'entre nous, ceux qui ont déjà du mal à maîtriser la langue".

Et la présidente de région de continuer : "Le Robert commence à prendre des mots qui commencent à s'imposer effectivement dans notre quotidien. Eh bien, moi, je dis sauvons la langue française, mais surtout garantissant son apprentissage. C'est pour ça que dans mon projet, une des grandes causes nationales, ce sera la lutte contre le décrochage scolaire."

Le sujet a pris une importance toute particulière dans le débat public avec l'offensive d'un député LaREM. Indignation reprise à son compte par le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer. "L’écriture inclusive n’est pas l’avenir de la langue française. Alors même que nos élèves sont justement en train de consolider leurs savoirs fondamentaux, ils ne sauraient avoir cela pour référence", a tweeté le ministre en reprenant les arguments de François Jovilet, qui voyait dans cet ajout du Robert une attaque du "wokisme". Le député a été jusqu'à écrire à l’Académie française.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/