3 min de lecture Élysée

Le Pen, Wauquiez... Comment l'unité nationale s'est transformée en récupération politique

DÉCRYPTAGE - L'enquête après les attaques perpétrées dans l'Aude est toujours en cours, mais déjà plusieurs polémiques politiques ont éclaté. L'opposition fait de chaque attentat un argument dans une stratégie politique.

Laurent Wauquiez et Marine Le Pen
Laurent Wauquiez et Marine Le Pen Crédit : AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

De plus en plus tôt. Quelques minutes après que les forces de l'ordre ont annoncé avoir abattu Radouane Lakdim, auteur des attentats de l'Aude ayant coûté la vie à quatre personnes, Marine Le Pen s'en est pris sur Twitter à la politique d'Emmanuel Macron et d'Angela Merkel.

"Macron réagit à un attentat islamiste commis par un étranger, aux côtés de celle qui a ouvert l'Europe à une vague migratoire sans précédent. Désastreux aveuglement !", a-t-elle écrit. Laurent Wauquiez a aussi chargé le président de la République en lui demandant "solennellement" de "sortir de sa coupable naïveté"

De son côté, la majorité dénonce une "récupération politique" : "Laurent Wauquiez et Marine Le Pen ont choisi une nouvelle fois l'instrumentalisation de la douleur et des peurs au profit de polémiques politiciennes". Après les attentats de janvier perpétrés contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, l'unité nationale était dans les discours de la classe politique. Depuis... où est-elle passée ?

À lire aussi
Une médaille de la Légion d'honneur (illustration) guerre d'Algérie
Macron promeut 26 harkis dans les ordres de la Légion d'honneur et du Mérite

La fin de l'unité nationale avec l'attentat de Nice

L'attentat de Nice, le 14 juillet 2016, a marqué un tournant dans la gestion politique des attaques terroristes, de la part du gouvernement mais aussi de l'opposition. "Lors des attentats de janvier 2015, l'unité nationale avait duré trois semaines. Ce délai s'est raccourci lors des attaques de Paris et de Saint-Denis en novembre de la même année, autour de quinze jours. Huit mois plus tard, avec Nice, les premières réactions politiques sont intervenues le soir-même de l'attaque", explique Pierre-Emmanuel Guigo, maître de conférence en histoire contemporaine à l'université de Paris-Créteil.

Ce changement de communication dans toute la classe politique française s'expliquerait avant-tout par la réaction de Christian Estrosi, maire de Nice. Le 15 juillet 2016 sur France 2, il déclarait : "Des questions se posent et exigent des réponses. Je pose des questions. La confrontation sur ce sujet n'est pas d'aujourd'hui, ni d'hier (...) On a fait de belles promesses sur les mesures à prendre : la lutte contre le jihad, l'isolement, les bracelets électroniques... (...) J'attends du gouvernement de nous dire que toutes les mesures ont été prises pour qu'il n'y ait pas le moindre risque de récidive". 

Joint par RTL.fr, Pierre-Emmanuel Guigo indique que "Christian Estrosi était dans une stratégie de défense et la meilleure défense, c'est l'attaque. Il a attaqué le gouvernement. C'est alors que l'opposition a senti qu'en laissant régner l'unité nationale, on laissait plus de place au discours du gouvernement. L'unité nationale, c'est le fait de se rassembler autour du chef de l'État et sous le drapeau. Ils veulent riposter et attaquer tout-de-suite. Le jeu politicien est partout". 

Un discours adressé à un électorat précis

Dans les colonnes du Parisien, Laurent Wauquiez propose la création d'un "délit d'incitation à la haine de la République. On a trop d’individus étrangers radicalisés sur notre territoire. Tous les gens qui nourrissent les réseaux intégristes doivent pouvoir être expulsés. Alors puisque Emmanuel Macron propose de toucher à la Constitution pour des sujets qui n’intéressent personne, je lui demande d’en profiter pour intégrer ces mesures permettant de protéger les Français".

Invité à l'antenne de RTL ce mercredi 28 mars, Éric Ciotti déclare qu'"il faut tirer toutes les conséquences. En matière de terrorisme, on n'a pas tout fait. Je le dis aujourd'hui, la France doit mieux se protéger. Oui, il faut changer de cadre et de logiciel. Vous n'entendez pas ce que disent les Français. Ils attendent des actes de ce qui les dirigent. Le meilleur des hommages aux victimes, c'est la nécessité de l'action. Les Français veulent être mieux protégés"

"Les discours tenus par Marine Le Pen et Laurent Wauquiez se retrouvent sur les réseaux sociaux. Ils se font les porte-paroles de cette partie des Français qui a un message hostile envers le gouvernement. Pour le président des Républicains, cela correspond à la frange électorale qu'il souhaite conquérir. Cette récupération politique s'opère principalement à droite de l'échiquier, tout simplement parce que c'est là où les thématiques de l'immigration, du terrorisme, de l'identité sont centrales", explique Pierre-Emmanuel Guigo.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élysée Gouvernement Interview
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792807417
Le Pen, Wauquiez... Comment l'unité nationale s'est transformée en récupération politique
Le Pen, Wauquiez... Comment l'unité nationale s'est transformée en récupération politique
DÉCRYPTAGE - L'enquête après les attaques perpétrées dans l'Aude est toujours en cours, mais déjà plusieurs polémiques politiques ont éclaté. L'opposition fait de chaque attentat un argument dans une stratégie politique.
https://www.rtl.fr/actu/politique/le-pen-wauquiez-comment-l-unite-nationale-s-est-transformee-en-recuperation-politique-7792807417
2018-03-29 06:58:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/05MsTdkw-zIxcfC0xSdDkQ/330v220-2/online/image/2017/1012/7790494380_laurent-wauquiez-et-marine-le-pen.jpg