1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - "Le mieux pour Vincent Lambert, c'est de quitter les écrans de télévision", estime Marisol Touraine
2 min de lecture

VIDÉO - "Le mieux pour Vincent Lambert, c'est de quitter les écrans de télévision", estime Marisol Touraine

INVITÉE RTL - La ministre de la Santé a exprimé son émotion face à cette vidéo et a de nouveau exprimé son idée de mettre en place des "directives anticipées" concernant la fin de vie.

Marisol Touraine lors du Grand Jury, le 14 juin 2015
Marisol Touraine lors du Grand Jury, le 14 juin 2015
Crédit : RTL / Romain Boé / Abacapress
Le Grand Jury du 14 juin 2015
54:42
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Vendredi 5 juin, quelques heures après la décision de la Cour européenne des droits de l'Homme, une vidéo de Vincent Lambert était capturée par Emmanuel Guépin, ancien camarade de classe et membre de son comité de soutien. Mis en ligne par Famille chrétienne, la vidéo fait rapidement le tour de la toile. "Je comprends la douleur pour la famille, pour l'épouse, pour les parents", a rapidement déclaré la ministre de la Santé Marisol Touraine. 

"Est-ce que le meilleur service est de violer son intimité ? Je ne crois pas. Les tribunaux et la CEDH se sont prononcés. Maintenant, le mieux c'est que ce débat ne soit plus jeté sur la place publique et redevienne celui d'un drame familial", a-t-elle poursuivi réclamant un apaisement et à un retour vers la procédure médicale. "Le mieux pour Vincent Lambert, c'est de quitter les écrans de télévision", selon elle. 

Instaurer des directives anticipées ?

Mais la ministre de la Santé a profité de cette actualité pour relancer le débat sur la fin de vie alors qu'une proposition de loi sera examinée au Sénat. "Au delà de Vincent Lambert, il y a la volonté du gouvernement de faire en sorte que les conditions de la fin de vie soient plus apaisée. L'une des mesures fortes c'est de dire qu'il faut se donner les moyens de connaître ce que veut une personne. Il faut formuler les directives anticipées", a-t-elle demandé.

Pour ma part, je suis prête mais l'enjeu est de savoir si les Français le souhaitent et l'expriment

Marisol Touraine

Des directives anticipées pour favoriser l'aide à mourir ? Le chemin semble encore long mais la ministre s'est une nouvelle fois montrée favorable à cette idée. "La liberté de la personne ne s'arrête pas quand celle-ci devient malade. J'ai dit à titre personnel que je comprenais cette demande mais je ne suis pas certaine que toutes les conditions soient réunies pour que nous puissions aller au-delà de ce qui est proposé. Pour ma part, je suis prête mais l'enjeu est de savoir si les Français le souhaitent et l'expriment", a-t-elle conclu. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/