2 min de lecture Front national

Le Front national a perdu 6.000 adhérents, mais "va bien" selon Marine Le Pen

Marine Le Pen a expliqué ce dimanche 8 avril que son parti avait perdu près de 6.000 adhérents depuis l'automne en raison de ses problèmes bancaires, mais qu'il se portait "bien" et le démontrerait aux prochaines échéances électorales.

Marine Le Pen, lors du Congrès du FN à Lille le samedi 10 mars 2018
Marine Le Pen, lors du Congrès du FN à Lille le samedi 10 mars 2018 Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
et AFP

Le Front national va-t-il se relever ? Sa présidente, Marine Le Pen a expliqué ce dimanche 8 avril que son parti avait perdu près de 6.000 adhérents depuis l'automne. Elle impute cette vague de départs aux problèmes bancaires du FN, mais assure qu'il "va bien" et le démontrera aux élections européennes et municipales.

"Nous sommes à peu près à 45.000" adhérents à jour de cotisation, pour environ 80.000 adhérents statutaires, a affirmé la dirigeante frontiste dans Questions politique sur France Inter/franceinfo/Le Monde. Au 19 novembre, le Front national revendiquait près de 51.500 adhérents à jour de cotisation. Selon le Figaro, 38.000 adhérents étaient à jour de cotisation à la veille du congrès.

Marine Le Pen a de nouveau expliqué que son parti avait été victime "durant quatre longs mois" d'une "véritable persécution bancaire qui a interdit (aux) adhérents d'adhérer sur internet", après la clôture de plusieurs comptes du FN par la Société Générale. Les adhésions en ligne ont repris le 6 mars, soit quelques jours avant le congrès du FN à Lille les 10 et 11 mars.

Une tentative de réaffirmation dans l'opposition

"Nous allons bien et nous allons d'ailleurs le démontrer" aux élections européennes de 2019 et municipales de 2020, a assuré la présidente frontiste. Le Front national "est plus que jamais présent. Il est plus que jamais utile puisque le fondement des idées que nous défendons mérite que nous les défendions toujours, puisque Emmanuel Macron ne fait qu'aggraver les politiques qui ont été menées par ses prédécesseurs", a fait valoir la finaliste de la présidentielle.

À lire aussi
OEIL-REPUBLIQUE_POP_795x530 RTL Originals
L’œil de la République : la "fureur noire" d'Alain Duhamel le soir du 21 avril 2002

"N'écoutez pas les journalistes, les éditorialistes, les politologues. Je suis exactement là où je dois être, a poursuivi Marine Le Pen. Je continue ce combat qui est un combat essentiel pour notre pays qui jamais ne s'est aussi mal porté", a-t-elle ajouté. La capacité de Marine Le Pen à diriger son parti avait suscité le doute depuis l'échec de la présidentielle et son débat "raté" face à Emmanuel Macron entre les deux tours.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Marine Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants