2 min de lecture Confidentiels politique

"La droite et le centre libres", un groupe parlementaire mort-né

CONFIDENTIELS RTL - Philippe Vigier, un proche d'Hervé Morin, était partisan de la création d'un troisième groupe de droite. L'initiative n'a pas abouti.

Pauline de Saint-Remy Les Confidentiels RTL Pauline De Saint-Rémy
>
Pauline De Saint-Rémy : "La droite et le centre libres", un groupe parlementaire mort-né Crédit Image : CHAMUSSY/SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
et Loïc Farge

Le groupe des "constructifs" est officiellement né mercredi 21 juin à l'Assemblée nationale. Après plusieurs jours de réunions et de tractations, auxquelles le premier ministre Édouard Philippe lui-même a participé, la scission au sein du groupe Les Républicains a bien eu lieu. Ils seront finalement une trentaine de députés de droite et du centre-droit Macron-compatibles à y siéger, dont une quinzaine issus des rangs de LR et dix-huit de l'UDI, soit la totalité du groupe jusque-là dirigé par le député d'Eure-et-Loir Philippe Vigier. C'était loin d’être gagné à l’origine, et cela a signé la mort dans l'œuf d'une autre initiative à laquelle travaillait certains députés depuis lundi 19 juin.

En effet, Philippe Vigier, qui est un proche d'Hervé Morin, était, avec d'autres, plutôt au départ partisan de la création d'un troisième groupe de droite : ni 100% pro-Macron, ni LR canal-historique. Une sorte de groupe abstentionniste vis-à-vis du chef de l'État, auxquels étaient bien tentés d'adhérer certains membres des groupes LR et UDI quelque peu dépités par le manque de renouveau chez leurs cadres, et pour certains, par les méthodes de Christian Jacob, le président du groupe LR réélu mercredi 21 juin.

Semi-échec pour Xavier Bertrand

La réflexion était bien avancée, au point d'avoir suggéré un nom lors d'une réunion de ces députés à laquelle participait notamment Xavier Bertrand, mardi 20 juin après-midi à l'Assemblée : "La droite et le centre libres". Mais voilà, les quelque députés LR prêts à y adhérer, autour de Damien Abad notamment, n'ont finalement pas souhaité se retrouver minoritaires dans ce groupe qui aurait été majoritairement composé d'UDI. Faute de temps pour en rameuter plus, l'initiative est donc définitivement morte-née quand Damien Abad a déposé officiellement sa candidature à la présidence du groupe des Républicains à cinq minutes de l’heure limite.

Quant à Xavier Bertrand, il a, malgré ce semi-échec, convoqué quelques-un de ses soutiens, mercredi à 15h30 au Palais Bourbon. Une réunion au cours de laquelle il a surtout été question de l'éventualité de sa candidature à la présidence du parti à la rentrée. Une quinzaine de parlementaires et d'anciens parlementaires étaient présents. Ils se sont donnés jusqu'au 5 juillet prochain pour trancher.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confidentiels politique Les Républicains UDI
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants