1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. La défense, "priorité absolue" de Nicolas Sarkozy
2 min de lecture

La défense, "priorité absolue" de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy estime que l'armée est en situation "d'embolie financière gravissime". Pour y remédier, le président de LR compte augmenter le budget de la défense de 32 milliards d'euros lors du prochain quinquennat.

Nicolas Sarkozy, le président des Républicains
Nicolas Sarkozy, le président des Républicains
Crédit : SIPA
Félix Roudaut & AFP

Alors que la France est en "état d'urgence à l'intérieur et en guerre à l'extérieur", Nicolas Sarkozy s'alarme de la situation de la défense, qui doit être une "priorité absolue". Dans une interview à paraître lundi 9 mai dans Le Figaro, le président du parti Les Républicains critique vertement le financement "erratique" du budget de la défense durant le quinquennat de François Hollande. Jugeant que les 32 milliards alloués aux dépenses militaires ne suffisent pas, l'ancien président de la République déclare qu'un "effort sans précédent pour le budget de la défense est indispensable", alors que l'armée se trouve dans "une situation d’embolie financière gravissime".

"Pour la première fois depuis 1945, la France dispose d'un budget de la défense inférieur à celui de l'Allemagne (34 milliards). Quel symbole ! Cela en dit long sur la perte d'influence de la France, sur les ambitions allemandes et le manque d'ambitions français", s'indigne-t-il dans les pages du quotidien. Alors qu'il n'est pas encore officiellement candidat pour la présidentielle de 2017, Nicolas Sarkozy a fait savoir qu'il prévoyait de porter ce budget à 1,85% du PIB, contre 1,5% aujourd'hui, soit 35 milliards d'euros en 2018 et 41 milliards en 2022. Une augmentation qui représenterait "32 milliards d'euros cumulés supplémentaires sur l'ensemble du prochain quinquennat". Son objectif est d'atteindre 2% du PIB en 2025.

Service militaire adapté et obligatoire d'un an pour les "décrocheurs"

Nicolas Sarkozy revient également sur l'épineuse question du Service miliaire, supprimé par Jacques Chirac en 1996. L'ancien président constate que chaque année, 100.000 jeunes quittent les bancs de l'Éducation nationale sans diplôme. Il souhaite ainsi que le jour de leurs 18 ans, "ceux qui n'ont pas d'emploi ou qui ne suivent pas de formation devront effectuer un service militaire adapté et obligatoire d'un an", sur le modèle de ce qui existe en outre-mer. Cinquante mille à soixante mille jeunes pourraient être concernés, pour un coût que Nicolas Sarkozy évalue à 400 millions d'euros. "Ce budget sera prélevé sur celui de l'Éducation nationale et non de la Défense", prévient-il.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/