Attentats à Bruxelles : l'Allemagne craint d'être la prochaine cible du terrorisme islamiste

Après Paris et Bruxelles, Berlin redoute d'être la prochaine capitale européenne visée par Daesh. Une dizaine de projets d'attentats ont été déjoués par les autorités ces derniers mois

La gare de Munich fermée au public, le 31 décembre 2015
Crédit : Sven Hoppe / dpa / AFP
La gare de Munich fermée au public, le 31 décembre 2015

Ces derniers mois, le terrorisme islamiste a frappé aux quatre coins du monde. Depuis les attentats de Paris et Saint-Denis le 13 novembre dernier, une vingtaine de pays ont été ensanglantés par des attaques islamistes, sur tous les continents. Les services de renseignement sont sur les dents et craignent d'être la prochaine cible du terrorisme. Après Paris et Bruxelles, les inquiétudes sont particulièrement vives à Berlin, qui redoute d'être la prochaine capitale européenne visée par l'État islamique. 

"L'Allemagne est aussi une cible de terreur", avait prévenu le ministre de l'Intérieur allemand Thomas de Maizière après les attentats du 13 novembre, où l'Allemagne avait été ciblée par l'État islamique en tant que "pays croisé". Mardi, les autorités allemandes ont renforcé les mesures de sécurité dans les aéroports et les gares, ainsi qu'aux frontières avec la Belgique, la France, les Pays-Bas et le Luxembourg à la suite des attentats de Bruxelles. Plusieurs compagnies ferroviaires et aériennes ont interrompu leurs correspondances vers la capitale européenne.

Quelques heures plus tôt, la police allemande a annoncé l'arrestation de trois Kosovars à bord d'une voiture immatriculée en Belgique près de la frontière autrichienne. Ils sont suspectés de projeter un attentat en Allemagne. Dans ce contexte brûlant, la lutte contre le terrorisme était immanquablement la priorité de l'ordre du jour du Conseil des ministres allemand, ce mercredi 23 mars.

Une dizaine d'attentats déjoués ces derniers mois

À l'exception du meurtre de deux soldats américains en 2011 par un jeune Kosovar à l'aéroport de Francfort en mars 2011, l'Allemagne a été relativement épargnée par le terrorisme islamiste sur son sol ces dernières années. Elle a en revanche payé un lourd tribut lors de l'attentat suicide attribué à l'État islamique le 12 janvier dernier à Istanbul, où 8 des 12 victimes étaient des touristes allemands. Il s'agissait alors de l'attaque la plus meurtrière depuis l'attentat d'une synagogue à Djerba, qui avait coûté la vie à 14 citoyens allemands le 11 avril 2002.

Sur le qui-vive depuis les attentats de Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015, la police allemande fait face à un nombre croissant de menaces islamistes. Une dizaine de projets d'attentats ont été déjoués par les autorités ces derniers mois. Début février, une cellule terroriste soupçonnée de préparer un attentat à Berlin a été démantelée par les forces de l'ordre après l'arrestation d'un islamiste algérien de 34 ans résidant en Rhénanie du Nord Westphalie et lié à Daesh.

Le soir du Nouvel An, la gare centrale de Munich et celle de Pasing, à l'ouest de l'agglomération, ont été évacuées en urgence sur la base d'un renseignement français jugé crédible faisant état de deux attaques suicides planifiées par un groupe de cinq à sept personnes liées à Daesh. Quatre jours après les fusillades parisiennes, la rencontre de football entre l'Allemagne et les Pays-Bas organisée à Hanovre avait dû être annulée quelques minutes avant le coup d'envoi, en raison d'une menace terroriste jugée "concrète". 

La crainte des retours de Syrie

Le degré de la menace terroriste reste élevé, répète inlassablement le ministre de l'Intérieur depuis plusieurs mois. Les services de renseignement évaluent à 10.000 le nombre de salafistes présents dans le pays. La perspective du retour de jihadistes allemands de Syrie et d'Irak est l'une des principales sources d'inquiétude des autorités qui redoutent un scénario similaire aux attaques qui ont ensanglanté Paris. 

Selon un document du ministère de l'Intérieur relayé par Bild, environ 300 citoyens allemands sont revenus de Syrie ou d'Irak ces derniers mois, tandis que la radio et télévision Deutsche Welle évalue à 750 le nombres d'Allemands partis faire le jihad.

Cette menace potentielle a largement influencé le débat sur l'accueil des migrants. Après les attentats de Paris, le mouvement islamophobe Pegida a fait le lien entre l'afflux de réfugiés et le terrorisme, allant jusqu'à accuser Angela Merkel d'être "complice de la mort de 129 innocents à Paris et des futurs meurtres de l'État islamique".

Salah Abdeslam est passé par l'Allemagne

Les connexions entre le réseau franco-belge à l'origine des attentats de Paris et l'Allemagne alimentent également les craintes des médias allemands. Selon le quotidien berlinois Der Tagesspiegel, Salah Abdeslam pourrait avoir planifié des attentats en Allemagne, où il s'était rendu avant les fusillades du 13 novembre. 

"Abdeslam, un des chefs de file des terroristes de Paris, ferait partie d'un réseau formé par l'EI qui aurait été également "explicitement" formé à perpétrer des attentats contre l'Allemagne", a indiqué un expert en sécurité au journal. "Le Français a quitté la Belgique en octobre 2015 à bord d'une voiture de location pour se rendre à Ulm, où il est allé chercher trois hommes. Ces derniers résidaient dans un foyer pour réfugiés et s'étaient présentés comme des réfugiés syriens. On ignore où se trouvent aujourd'hui ces trois hommes", continue-t-il.

La Mannschaft ébranlée avant l'Euro

Alors que la France s'interroge sur le maintien de l'Euro 2016 de football et plus particulièrement des zones réservées aux supporters, l'équipe nationale de football allemande admet être également impactée par le péril terroriste. 

Ébranlée par les explosions survenues à proximité du Stade de France le 13 novembre, où elle disputait un match amical face à la France, la Mannschaft a annoncé un renforcement des mesures de protection des joueurs. "La question du terrorisme nous travaille depuis plusieurs mois", a admis le manager de l'équipe Oliver Bierhoff dans Le Soir

La rédaction vous recommande
BenjaminHuepro
par Journaliste RTL
Suivez Benjamin Hue sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7782512920
Attentats à Bruxelles : l'Allemagne craint d'être la prochaine cible du terrorisme islamiste
Attentats à Bruxelles : l'Allemagne craint d'être la prochaine cible du terrorisme islamiste
Après Paris et Bruxelles, Berlin redoute d'être la prochaine capitale européenne visée par Daesh. Une dizaine de projets d'attentats ont été déjoués par les autorités ces derniers mois
http://www.rtl.fr/actu/international/attentats-a-bruxelles-l-allemagne-craint-d-etre-la-prochaine-cible-du-terrorisme-islamiste-7782512920
2016-03-23 18:37:00
http://media.rtl.fr/cache/CXAFrgYeBn0oTor5eu2CzQ/330v220-2/online/image/2016/0101/7781105803_la-gare-de-munich-fermee-au-public-le-31-decembre-2015.jpg