1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. L'impopularité, éternel défi du mandat de François Hollande
2 min de lecture

L'impopularité, éternel défi du mandat de François Hollande

INFOGRAPHIE - Depuis son élection, le président de la République doit faire face à des sondages très sévères à l'encontre de sa politique.

François Hollande, lors de son séjour en Lettonie, le 22 mai 2015
François Hollande, lors de son séjour en Lettonie, le 22 mai 2015
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Paul Guyonnet
Paul Guyonnet

Un sursaut en janvier, et de nouveau le marasme. À l'exception d'un bref regain de forme suite à la gestion des dramatiques événements de janvier et les attaques contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, la cote de popularité de François Hollande est toujours au plus bas, atteignant même des marques historiques, jamais vues à l'Élysée. 

Pour preuve : sur les trois premières années de son mandat, l'ancien secrétaire du PS fait moins bien que l'ensemble de ses prédécesseurs de la Cinquième République lors de la quasi-totalité des sondages. 

Comme François Mitterrand avant lui, François Hollande a donc bien subi un contrecoup terrible après sa percée du mois de janvier. À l'été 1991, le premier président socialiste de la Cinquième République avait effectivement connu un bref soubresaut, dû aux débuts de la Guerre du Golfe. Un répit qui s'était révélé n'être que de courte durée. 

Comme lui donc, François Hollande a été rattrapé par le climat de défiance qui perdure depuis le début de son mandat. Face à un chômage en constante progression et une compétitivité en berne, l'exécutif semble, à l'heure actuelle, incapable de trouver des solutions pour remédier aux difficultés économiques. 

À écouter aussi

Une constante de ces trois premières années à l'Élysée, comme l'expliquait d'ailleurs Jean-Michel Aphatie en janvier. À l'époque, le journaliste politique de RTL précisait effectivement que François Hollande devait résoudre, et sur long terme, les problèmes des Français pour espérer regagner durablement en popularité.

À regarder

"Les raisons de l'impopularité de François Hollande demeurent", pour Jean-Michel Aphatie
02:53

Une analyse confirmée par le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, toujours en janvier. Alors invité de "RTL Matin", le ministre de l'agriculture avait préféré camper sur ses positions habituelles, des déclarations pourtant réservées aux lendemains de mauvais sondages. 

L'enjeu est de présider et redonner de la confiance

Stéphane Le Foll

"Quand les sondages étaient plus bas, je répondais que l'enjeu est de présider et redonner de la confiance. C'est vrai que les sondages soient hauts ou bas", avait-il alors martelé. Avec raison visiblement : en mai 2015, la cote de popularité du président de la République s'établit à seulement 21% de satisfaits, un signe clair que l'exécutif est encore loin d'avoir convaincu les Français qu'il possède les clés de la reprise économique

À écouter

Charlie Hebdo : "Il y a eu une faille, il faut la colmater", estime Stéphane Le Foll
07:37
La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/