1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. L'athlétisme frappé à son tour par le dopage
2 min de lecture

L'athlétisme frappé à son tour par le dopage

REPLAY - L'Agence mondiale anti-dopage réclame la suspension des athlètes russes de toutes les compétitions.

Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
Crédit : Elodie Grégoire
"On refait le monde" du lundi 9 novembre 2015 - l'intégralité
30:57
L'athlétisme frappé à son tour par le dopage. Et les valeurs du sport ?
11:05
La loi Macron2 : bonne ou mauvaise nouvelle ?
07:52
Le Front national est-il diabolisé ?
11:59

On refait le monde avec :

- Élisabeth Lévy, rédactrice en chef de Closer 
- Philippe Bally, conseiller en communication
- Jean-Luc Mano, conseiller en communication
- Nicolas Domenach, journaliste politique

L'Agence mondiale anti-dopage (AMA) a révélé que la fédération russe d'athlétisme étouffait des affaires de dopage contre de l'argent et réclame la suspension de la Russie de toutes les compétitions d'athlétisme, y compris des JO de Rio. Le président de la Fédération française d'athlétisme Bernard Amsalem se dit "abasourdi" et pour lui notre pays n'est pas concerné. "C'est vertigineux et ça nous interpelle parce qu'on est un peu complices, il suffisait de les voir", dit Nicolas Domenach, qui pense que les Français ne sont pas "totalement clairs".

C'est évidemment pour le spectacle qu'on fait ce dopage.

Élisabeth Lévy

"Qu'on arrête de nous parler des valeurs du sport", lance Élisabeth Lévy. "C'est évidemment pour le spectacle qu'on fait ce dopage." Jean-Luc Mano s'étonne que dans cette affaire, un état ait organisé le dopage. "Même s'il y a toujours eu des tricheurs, avant les fédérations étaient jusqu'à maintenant les 'bons flics' qui sanctionnaient", note Philippe Bally. Une "poésie" se perd selon lui. Nicolas Domenach se veut optimiste et appelle à "ne pas baisser les bras en disant qu'après tout, 'c'est les jeux du cirque'". Pour lui "Les valeurs de dépassement, de solidarité, de compétition honnête, l'exemplarité c'est fort."

Jusqu'à présent les fédérations sportives étaient les "bons flics"

Philippe Bally

52% des Français ne seraient pas gênés de voir le parti de Marine Le Pen diriger une ou plusieurs régions selon un sondage TNS Sofres-OnePoint pour RTL et Le Figaro. Pour Manuel Valls, ce serait "un drame". "Or oui ça provoquerait des victimes, de la peine et de l'émotion comme un drame", réagit Jean-Luc Mano. C'est un parti "comme les autres" pour Élisabeth Lévy, "sinon il faut l'interdire". Non répond Nicolas Domenach c'est un parti "xénophobe". La région a des compétences importantes sur l'éducation et le logement, donc "ce ne sera pas un vote anodin", note Philippe Bally.

La loi Macron II, ou NOE veut "déverrouiller l'économie", bonne ou mauvaise nouvelle? "Il procède par pointillisme" dénonce Jean-Luc Mano, même s'il estime que créer un fonds de pension "va dans le bon sens". Mais "il y a quedal dans sa loi", dénonce Nicolas Domenach qui s'étonne de la place qu'il a occupé dans les médias ce lundi 9 novembre. Élisabeth Lévy voit en Emmanuel Macron le "seul intellectuel du gouvernement" et se réjouit d'encourager l'ubérisation de la société.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/