1 min de lecture Chantal Jouanno

"L'affaire Jouanno est emblématique de la crise politique actuelle", dit Mazerolle

ÉDITO - Si la crise des "gilets jaunes" se poursuit, Olivier Mazerolle critique essentiellement l'affaire Jouanno. Un exemple "ubuesque" de l'organisation française.

Mazerolle-245x300 L'Edito d'Olivier Mazerolle
>
"L'affaire Jouanno est emblématique de la crise politique actuelle", dit Mazerolle Crédit Image : MIGUEL MEDINA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

L'affaire Jouanno est emblématique de la crise politique que vit le pays à l'heure actuelle. Il y a évidemment la question du salaire de la présidente de la présidente de la Commission nationale du débat public, qui est payé par nos impôts et qui est donc trop important.

Mais l'affaire dépasse largement le seul cas de Chantal Jouanno. Elle pose surtout la question de l'existence même de ces autorités administratives indépendantes. Leur utilité n'apparaît pas évidente et coûte au total plus de 500 millions d'euros. Surtout que, la plupart du temps, elles ne servent à rien. Même si, pour sa défense, Chantal Jouanno peut mettre en avant quelques résultats par ci par là.

Mais si on ajoute le nombre faramineux de hauts conseils et observatoires en tout genre, on arrive à près de 500 organismes financés par l'État et donc par les contribuables. Surtout qu'ils font souvent doublons les uns avec les autres.

Par exemple, Emmanuel Macron a accompagné l'annonce de son plan pour la politique énergétique avec la création d'un haut conseil pour le climat. Ce dernier vient s'ajouter à cinq autres organismes sur le sujet. Ubuesque.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chantal Jouanno France Gilets jaunes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants