1 min de lecture Antisémitisme

"Jour de colère" : Dray affirme que des manifestants voulaient se rendre rue des Rosiers

Julien Dray a assuré que certains manifestants du "Jour de colère" voulaient aller au coeur du quartier juif historique de Paris, dans "l'intention de recommencer des choses qui ont existé".

Le vice-président PS de la région Île-de-France Julien Dray sur le plateau du Grand Journal le 9 septembre 2009. (Archives)
Le vice-président PS de la région Île-de-France Julien Dray sur le plateau du Grand Journal le 9 septembre 2009. (Archives) Crédit : AFP / LIONEL BONAVENTURE
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La rue des Rosiers, au coeur du quartier juif historique de Paris dans le Marais, avait été le théâtre en 1982 d'un attentat meurtrier dans un restaurant juif, chez Goldenberg. Selon le vice-président (PS) de la région Ile-de-France Julien Dray, des manifestants du "Jour de colère" le 26 janvier voulaient justement s'y rendre dans "l'intention de recommencer des choses qui ont existé".

Sur BFMTV et RMC, l'ancien député a lancé: "la barbarie n'est jamais loin", et "c'est ce qu'il y avait il y a quinze jours dans les rues de Paris". La barbarie, selon lui, "c'est quand des centaines de manifestants avaient dans l'idée d'aller le soir rue des Rosiers". "C'est pour ça qu'ils se sont arrêtés place Vauban", aux Invalides, a poursuivi Julien Dray. Quelque 250 manifestants avaient été placés en garde à vue à l'issue d'incidents en fin de cortège, dans lesquels 19 policiers ont été blessés. La place Vauban, vers laquelle avaient convergé les protestataires, avait été bouclée par les CRS.

"Les personnes ont été interpellées pour des motifs de violences, notamment contre les forces de l'ordre", a expliqué une source policière. "Par ailleurs il y avait un risque que certains manifestants s'érigent en cortège après la dispersion de la manifestation, pour se diriger vers l'Elysée selon un mot d'ordre qui circulait parmi les manifestants", a-t-elle ajouté. Cette source policière a par ailleurs rappelé que dans les jours précédant la manifestation, il y avait sur les réseaux sociaux " également des appels à commettre des violences rue des Rosiers, ce qui nous avait conduit à mettre en place un dispositif spécifique sur ce secteur". La grande majorité des personnes interpellées avaient été remises en liberté le lendemain.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Antisémitisme Info Juifs
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants