1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Jean-Marie Le Pen : Marine Le Pen "exclut toutes les personnes qui sont en désaccord avec elle"
1 min de lecture

Jean-Marie Le Pen : Marine Le Pen "exclut toutes les personnes qui sont en désaccord avec elle"

REPLAY - Jean-Marie Le Pen assure qu'il "ne voterait pas" pour Marine Le Pen en 2017 si "elle continuait dans la ligne qu'elle a choisie".

Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine au congrès d'été du Front national en septembre 2014 (archives)
Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine au congrès d'été du Front national en septembre 2014 (archives)
Crédit : VALERY HACHE / AFP
ARCHIVES RTL - Jean-Marie Le Pen : Marine Le Pen "exclut toutes les personnes qui sont en désaccord avec elle" ("RTL Midi Week-end", 09/08/2015)
00:40
Camille Kaelblen
Camille Kaelblen

À chaque jour, sa déclaration fracassante, Jean-Marie Le Pen a poursuivi sa harangue à l'égard de Marine Le Pen, la présidente du Front national, après avoir déclaré dans le Journal du Dimanche qu'il ne voterait pas pour sa fille à la présidentielle de 2017. "Si elle continuait dans la ligne qu'elle a choisie et dans la persécution qu'elle exerce contre moi, bien sûr que je ne voterai pas pour elle", précise-t-il. Pour autant, le fondateur du Front national ne renonce pas à sa volonté de maintenir sa place dans le parti de sa fille : "Je suis en effet en désaccord sur un certain nombre de points importants, qui pourraient très bien se situer dans l'opposition interne d'un mouvement". 

La politique de dédiabolisation, "un leurre"

"Le gauchissement du mouvement sous l'inspiration de Mr Philippot est une des raisons de l'exclusion à peu près systématique de tous les gens qui ont pris ma défense", réitère Jean-Marie Le Pen. "Au Front National, Madame le Pen exclut systématiquement tous les gens qui ne partagent pas exactement les mêmes idées qu'elle", répète-t-il, faisant écho aux différentes procédures qu'ont entamé Marine Le Pen et Florian Philippot pour tenter d'écarter le président d'honneur. 

Dans l'entretien au Journal du Dimanche, l'ancien numéro un du Front national fustige notamment la "politique de dédiabolisation" entreprise par sa fille, qu'il qualifie de "leurre". Des mots qui viennent entériner la relation désormais explosive entre le père et la fille, quatre mois après la décision de Marine Le Pen d'entamer une procédure d'exclusion contre son père. "J'irai me défendre, et probablement attaquer aussi", déclare-t-il au sujet du procès qu'il a depuis entamé contre sa fille. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/