1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. INVITÉ RTL - Sainte-Soline : "Les secours sont arrivés dès qu'ils ont pu", réagit Gérald Darmanin
2 min de lecture

INVITÉ RTL - Sainte-Soline : "Les secours sont arrivés dès qu'ils ont pu", réagit Gérald Darmanin

Le ministre de l'Intérieur assure que si les secours ont été retardés, c'est parce que les manifestants les ont pris à partie.

Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, le 29 mars 2023
Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, le 29 mars 2023
Crédit : RTL
INVITÉ RTL - Sainte-Soline : "Les secours sont arrivés dès qu'ils ont pu", réagit Gérald Darmanin
00:05:35
Pascal Praud
Je m'abonne à la newsletter « Politique »

Il n'y a eu aucune entrave des forces de l'ordre à l'intervention des secours à Sainte-Soline samedi 25 mars, selon Gérald Darmanin. Invité des Auditeurs ont la parole ce mercredi 29 mars, le ministre de l'Intérieur a assuré que "les secours sont arrivés dès qu'ils ont pu" sur le site où se tenait la manifestation contre le projet de "méga-bassines" qui a donné lieu à de violents affrontements avec les forces de l'ordre. Mais les médecins auraient été retardés par "les coktails molotov et les pavés" jetés par les manifestants qui "les ont pris à partie", d'après le ministre.

Interrogé par un auditeur sur la situation du manifestant contre le projet de "méga-bassine" qui se trouve toujours entre la vie et la mort ce mercredi, le ministre a indiqué qu'une enquête judiciaire est en cours pour faire la lumière sur les événements qui se sont déroulés ce samedi.

"Ce que je peux dire, c'est que les secours sont arrivés dès qu'ils ont pu. D'ailleurs, le SAMU des Deux-Sèvres a eu la gentillesse de publier un communiqué pour dire qu'ils n'ont jamais été empêchés d'intervenir sur ce site", a-t-il souligné, rappelant qu'il "fallait d'abord géolocaliser les personnes, parce que dans les champs, pour reconnaître, comme on n'a pas de droit de faire voler des drones, où est la personne". 

"Ensuite, les secours, lorsqu'ils ont été envoyés, ont été pris à partie violemment, a-t-il poursuivi. Et une des premières personnes à être arrivée sur place fut un médecin du GIGN puisque les secours classiques ne pouvaient pas y accéder. Car avant d'envoyer les secours, il faut les sécuriser. Les choses ne l'étaient tellement pas que les gendarmes ont pris pour eux d'envoyer le GIGN qui a dû d'ailleurs laisser tomber les quelques gendarmes qui les accompagnaient parce qu'ils étaient pris à partie".

À écouter aussi

La famille d'un manifestant qui se trouve toujours entre la vie et la mort a porté plainte contre X pour "tentative de meurtre et entrave volontaire à l'action des secours". Depuis samedi, plusieurs témoignages de manifestants font état du fait que le Samu aurait répondu qu'il ne pouvait pas intervenir au milieu des blessés, sur ordre de la gendarmerie. Mardi, le journal Le Monde a publié un fichier audio pour le prouver. La préfète des Deux-Sèvres a démenti cette version dans un communiqué, affirmant que les secours n'étaient pas en capacité de se rendre sur place, qu'il appartient aux forces de l'ordre, sur le terrain, d'évaluer ou non la possibilité d'intervention des secours.