2 min de lecture Économie

Édouard Philippe justifie la suppression de l'ISF par l'exil fiscal

Édouard Philippe se dit "ouvert" à une hausse des "taxes spécifiques" sur certains biens de luxe.

Jean Pisani-Ferry et Édouard Philippe, à Matignon le 25 septembre 2017
Jean Pisani-Ferry et Édouard Philippe, à Matignon le 25 septembre 2017 Crédit : CHRISTOPHE SIMON / AFP
ClaireGaveau
Claire Gaveau
et AFP

Édouard Philippe continue son opération de communication. Après un Facebook Live mardi 3 octobre, le Premier ministre est à la Une de Libération où il a donné une interview fleuve sur les grands chantiers engagés par le gouvernement. En première ligne : les questions sur le budget.

Sous le feu des critiques pour ses accointances avec les plus fortunés, le gouvernement continue de défendre sa politique budgétaire. "Nous souhaitons libérer mais également protéger (...) Beaucoup de mesures redistribuent du pouvoir d'achat vers les plus faibles et les classes moyennes", explique-t-il citant notamment la prime d'activité, la taxe d'habitation, le minimum vieillesse, les cotisations salariales.

Un ensemble de mesures qui doivent permettre de "redistribuer 7,5 milliards d'euros de pouvoir d'achat", assure le pensionnaire de Matignon.

À lire aussi
Dans un magasin de jouets à Lille, le 15 décembre 2012 Gilets jaunes
"Gilets jaunes" : le marché du jouet en baisse de 7% en décembre

En 15 ans d'ISF, on a fait partir 10.000 contribuables

Édouard Philippe
Partager la citation

Mais face à cela, certaines propositions ont du mal à passer. C'est le cas de la suppression de l'Impôt sur la fortune (ISF), bientôt remplacé par l'Impôt sur la fortune immobilière (IFI). Un modification qui permet par exemple aux propriétaires de yacht ou de chevaux de course, d'échapper à l'ISF.


Une annonce largement contestée mais pourtant assumée par le Premier ministre. "On supprime l'ISF parce que ça ne marche pas. Parce qu'on a fait fuir le capital", défend Édouard Philippe dans le quotidien. Et d'ajouter : "En quinze ans d'ISF, on a fait partir 10.000 contribuables représentant globalement 35 milliards de capital. Et quand il sont partis, ils ne payent plus non plus l'impôt sur le revenu (...) L'ISF provoque un appauvrissement de la ressource fiscale, donc de tout le pays". 

Une hausse des taxes des produits de luxe ?

Sous le feu des critiques, notamment à gauche, les ministres de l'Économie et des Comptes publics, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, se sont déclarés ouverts à la possibilité de taxer certains "produits ostentatoires", sans remise en cause de la réforme de l'ISF.

Une idée également évoquée par Édouard Philippe. "Il existe des taxes spécifiques sur ces biens mobiliers, par exemple sur les grosses cylindrées polluantes ou les yachts. On peut parfaitement les augmenter. On est ouvert à la discussion au Parlement", a-t-il déclaré.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Impôts Édouard Philippe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790360439
Édouard Philippe justifie la suppression de l'ISF par l'exil fiscal
Édouard Philippe justifie la suppression de l'ISF par l'exil fiscal
Édouard Philippe se dit "ouvert" à une hausse des "taxes spécifiques" sur certains biens de luxe.
https://www.rtl.fr/actu/politique/impot-pour-philippe-l-isf-provoque-un-appauvrissement-de-tout-le-pays-7790360439
2017-10-04 13:40:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6Qg-8Lr4CODczcpGkWAE-Q/330v220-2/online/image/2017/0925/7790227758_jean-pisani-ferry-et-edouard-philippe-a-matignon-le-25-septembre-2017.jpg