4 min de lecture Économie

ISF : yachts, "produits ostentatoires"... Que veulent vraiment Le Maire et Darmanin ?

DÉCRYPTAGE - Le gouvernement souhaite réformer l'ISF mais de légères divergences interviennent entre Bruno Le Maire et Gérald Darmanin. Le premier souhaite éviter d'ouvrir "la boîte de Pandore". L'autre est "favorable" à une taxation "des produits ostentatoires".

Gérald Darmanin et Bruno Le Maire
Gérald Darmanin et Bruno Le Maire Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Une réforme de l'ISF mais deux discours ? Bruno Le Maire et Gérald Darmanin multiplient les interventions médiatiques. Objectif : faire de la pédagogie après la présentation en Conseil des ministres du projet de loi de finances 2018. Un point en particulier fait grincer des dents du côté de l'opposition : la réforme de l'ISF

Emmanuel Macron est lui-même monté au créneau pour défendre ce budget jugé comme étant "pour les riches". C'est "une fiscalité qui favorise l'investissement dans l'économie. La réforme de l'ISF, comme la réforme du prélèvement forfaitaire unique sur le capital, c'est cette philosophie (...) Ça n'est pas la question de savoir de manière statique si les gens sont riches ou pauvres, c'est la question de savoir si dans notre pays on veut sanctionner la réussite dans le cycle de vie", a-t-il indiqué lors du sommet européen consacré à l'économie numérique à Tallinn, en Estonie

Que prévoit la réforme de l'ISF ?

Le projet de loi de finances prévoit de transformer l'ISF, qui concerne aujourd'hui 351.000 foyers, selon l'AFP. Plus question de parler d'"impôt de solidarité sur la fortune" mais d'"impôt sur la fortune immobilière". Le but serait d'exempter de taxer les valeurs mobilières et les placements, comme les actions et l'assurance-vie. 

À lire aussi
Le journal de 7h : un patron offre 1,6 million d'euros à ses employés économie
Le journal de 12h30 : près de 50.000 emplois créés dans le privé au 3e trimestre

Joël Giraud, député de la majorité et rapporteur du budget, souhaite taxer des produits de luxe, comme les yachts, les jets privés et les chevaux de course. "Les yachts, les jets privés, les chevaux de course, les voitures de luxe ou encore les lingots d'or ne sont plus pris en compte dans le nouvel impôt sur la fortune immobilière. Ce n'est pas possible ! Des symboles de ce genre doivent être beaucoup plus taxés. Un yacht, c'est m'as-tu-vu, ce n'est pas productif pour l'économie", explique l'élu dans les colonnes du Parisien

Pourquoi le gouvernement veut réformer l'ISF

Cette réforme de l'ISF permettrait au gouvernement d’engranger 850 millions d'euros de recettes via le nouveau dispositif d'impôt sur la fortune immobilière, selon Bruno Le Maire. "On a aujourd'hui 330.000 redevables de l'ISF pour une recette de 4,1 milliards d'euros", a-t-il détaillé. 

Le ministre de l'Économie annonçait que le nombre de redevables "devrait diminuer d'environ 40%", à environ 150.000 personnes. Bercy juge que l'ISF "est une spécificité française, qui nuit à l'attractivité du pays vis-à-vis des investisseurs. Aujourd'hui, la grande majorité des pays qui disposaient d'un impôt sur le stock de capital y ont renoncé". Selon le gouvernement, "les effets pervers de l'ISF sont nombreux". 

Attention à "la boîte de Pandore", met en garde Le Maire

Lors du Grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI du 1er octobre, Bruno Le Maire a affirmé que la transformation de l'ISF correspondait à l'une "des promesses de campagne d'Emmanuel Macron". Le ministre de l'Économie et des Finances a précisé que "l'ISF est un épouvantail pour ceux qui veulent créer des richesses et investir en France. Je suis opposé à toute création d'une nouvelle taxe qui viendrait compléter l'ISF sur l'immobilier parce que ce n'était pas dans le projet d'Emmanuel Macron et parce que ce n'est pas cohérent". 

Le locataire de Bercy a prévenu qu'il ne fallait "pas ouvrir la boîte de Pandore qui consisterait à fracasser les riches pour aider les pauvres. On a essayé cette approche, ça ne marche pas. On ne peut pas multiplier les idées farfelues". 

Cependant, il envisagerait d'adapter la fiscalité existante sur certains produits particuliers, tels que les yachts ou les grosses cylindrées : "Un véhicule à grosse cylindrée, on peut durcir le malus sur la pollution. Je suis également prêt à envisager une nouvelle tranche pour la taxe de francisation, en fonction de la taille du bateau, avec deux limites : attention à la filière des voiliers et à une fiscalité trop lourde sur les yachts, risquée pour les ports".

Taxer les "produits ostentatoires", préconise Darmanin

Invité dimanche sur BFMTVGérald Darmanin s'est dit "favorable" à une taxation des "produits ostentatoires". "Ce qui est productif pour l'économie ne sera pas surtaxé, et ce qui est une valeur immobilière ne sera pas plus taxée, simplement comme avant. Je suis favorable à la taxation des produits ostentatoires", a explique le ministre des Comptes publics. 

Et d'ajouter : "S'il y a, ici ou là, de la part de la majorité parlementaire, des volontés de correction, et notamment sur les signes ostentatoires de richesse, à condition que ce ne soit pas la (foire) farfouille aux idées les plus farfelues, personnellement j'y suis favorable". 

Et les œuvres d'art ?

François de Rugy était quant à lui invité sur France 3. Le président de l'Assemblée nationale estime "logique" cette mesure pour "les yachts de luxe". Il précise aussi avoir "toujours été pour l'intégration des œuvres d'art dans l'ISF". Cependant, il prévient : "Vous allez avoir pour les yachts de luxe (...) des chantiers navals français qui réparent et construisent ces yachts de luxe qui vont dire 'non, ne faites pas ça'".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie ISF Impôts
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790310394
ISF : yachts, "produits ostentatoires"... Que veulent vraiment Le Maire et Darmanin ?
ISF : yachts, "produits ostentatoires"... Que veulent vraiment Le Maire et Darmanin ?
DÉCRYPTAGE - Le gouvernement souhaite réformer l'ISF mais de légères divergences interviennent entre Bruno Le Maire et Gérald Darmanin. Le premier souhaite éviter d'ouvrir "la boîte de Pandore". L'autre est "favorable" à une taxation "des produits ostentatoires".
http://www.rtl.fr/actu/politique/isf-yachts-produits-ostentatoires-le-maire-et-darmanin-7790310394
2017-10-02 16:57:00
http://media.rtl.fr/cache/stPhNFKTfFxUeeA77TJ2DQ/330v220-2/online/image/2017/1002/7790310806_gerald-darmanin-et-bruno-le-maire.jpg