2 min de lecture Impôts

Impôt à la source : Macron veut un "audit", les entreprises sa suppression

REPORTAGE - Illustration avec le patron d'une petite entreprise de sept salariés, pour qui la réforme est "une usine à gaz".

Yves Calvi RTL Matin Yves Calvi
>
Impôt à la source : Macron veut son report, les entreprises sa suppression Crédit Image : AFP | Crédit Média : Christophe Ponzio | Durée : | Date : La page de l'émission
Christophe Ponzio
Christophe Ponzio et Ludovic Galtier

Emmanuel Macron va détricoter le prélèvement de l'impôt à la source, l'une des réformes du quinquennat de François Hollande, qui selon le calendrier prévu par le gouvernement sortant, doit entrer en vigueur le 1er janvier 2018. À la veille du second tour, Emmanuel Macron avait affirmé sur RTL qu'"en toute hypothèse", la réforme ne serait pas appliquée dès 2018 s'il était élu, mais serait repoussée. Sur LCI, Benjamin Grivaux, porte-parole du mouvement "En Marche !", a annoncé la réalisation d'un "audit au mois de juin" sur le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, qui aboutira ou non au "report" de l'expérimentation souhaitée par Emmanuel Macron.

Le ministre du Budget, Christian Eckert, vient de publier au Journal officiel les deux décrets qui fixent les règles pour les entreprises. Emmanuel Lafont écarquille les yeux quand il découvre - à son bureau - les derniers décrets de la réforme. Ce petit patron emploie sept salariés dans les ressources humaines. Selon lui, le prélèvement de l'impôt à la source - par les entreprises - reste une aberration. "L'administration est toujours prête, pour nous c'est plus compliqué. Il faut que l'on suive derrière, on ne sait pas comment on doit le faire", explique-t-il.

C'est une vraie usine à gaz

Emmanuel Lafont, patron d'une TPE
Partager la citation

À commencer par le traitement confidentiel des taux d'impositions des salariés et la gestion de l'égalité homme-femme aussi. "Ça va être une vraie difficulté dans le cadre des renégociations de salaires annuelles. Dans le bureau, on aura deux personnes qui feront le même travail. C'est une vraie usine à gaz."

À lire aussi
Benjamin Griveaux au Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI internet
GAFA : "Un nouvel impôt que l'on assume totalement", déclare Griveaux sur RTL

D'autant que la réforme du gouvernement sortant va coûter chère à la TPE. "C'est un investissement de 2.500 euros", compte-t-il. Emmanuel Lafont attend donc une abrogation rapide des décrets de la réforme, comme promis par le nouveau président. Mais plutôt qu'un report d'un an, le dirigeant espère surtout que le prélèvement de l'impôt à la source sera enterré. Benjamin Grivaux de conclure : "L'objectif est que ce soit hyper efficace, que ça ne pose pas de difficultés notamment aux très petites et petites entreprises, et il y a certaines administrations dont on nous dit qu'elles ne sont pas tout à fait prêtes."  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Impôts Emmanuel Macron La République En Marche
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788505159
Impôt à la source : Macron veut un "audit", les entreprises sa suppression
Impôt à la source : Macron veut un "audit", les entreprises sa suppression
REPORTAGE - Illustration avec le patron d'une petite entreprise de sept salariés, pour qui la réforme est "une usine à gaz".
https://www.rtl.fr/actu/politique/impot-a-la-source-macron-veut-un-audit-les-entreprises-sa-suppression-7788505159
2017-05-12 11:53:45
https://cdn-media.rtl.fr/cache/qO1SsKaXUuSm7P4hXPzw8A/330v220-2/online/image/2016/0920/7784920852_les-impots-locaux-flambent-la-faute-a-l-etat-illustration.jpg