2 min de lecture La République En Marche

Grand débat : comment le gouvernement compte retomber sur ses pattes

Pour permettre à l’exécutif de se sortir de cette séquence politique sans trop décevoir, un ministre a la solution : "Il faut du miel avant et du sel après".

micro generique Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy
>
Grand débat : comment le gouvernement compte retomber sur ses pattes Crédit Image : LOIC VENANCE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
édité par Léa Stassinet

Emmanuel Macron tente de rassurer. Il a promis lundi 1er avril des mesures concrètes à l'issue du grand débat. C'est ce qu'a fait savoir Sibeth Ndiaye après le conseil des ministres. Mais comment se sortir de cette longue séquence politique ?

"C'est ça le vrai sujet, ce que l'on fera de ce grand débat", me disait dimanche 31 mars un ministre. C'est aussi ce que se disent beaucoup de membres de la majorité mais aussi du côté de l'opposition, où les moins prudents se frottent les mains par avance. 

Il est loin le début du mois de février où les prestations du chef de l’État à la télévision commençaient à faire leur petit effet, où un autre ministre assénait l'air confiant : la réponse ce sont les classes moyennes, il faut une sortie blitzkrieg. Le tout avant d'exposer son plan pour une grande réforme fiscale soumis au chef de l'État. 

Un autre membre du gouvernement très politique a carrément toute la recette en tête pour permettre à l’exécutif de se sortir de cette séquence sans trop décevoir, si tant est que cela soit possible : "Il faut du miel avant et du sel après", explique-t-il à l'abris des micros. On commence par exemple par étendre le dédoublement des classes de CP et du CE1 au-delà des zones d'éducation prioritaires, on fait l'acte 3 de la décentralisation, on annonce un référendum pour après les Européennes et puis il faudra un propos sur l'immigration et l'identité, voilà pour le miel.

À lire aussi
Prisons
Meurtre de Sarah Halimi : "Les fous, il faut les soigner", estime Dupond-Moretti


Puis on ajoute le sel, les réformes de la dépendance et de l'assurance chômage. En attendant, personne ne sait rien ou presque des intentions réelles du chef de l'État. L'un de ses proches, le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand y va de sa petite contribution ce mardi 2 avril dans Les Échos : il détaille sa proposition de loi Macron des territoires. Mais n'allez pas y voir un ballon d'essai présidentiel, il s'agirait là d'option très personnelle, selon sa propre équipe. Le discours d'Emmanuel Macron est attendu pour la mi-avril.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La République En Marche Grand débat Gouvernement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants