3 min de lecture Benoît Hamon

Gouvernement Valls : chômage, déficit... Ces dossiers brûlants légués aux nouveaux ministres

DÉCRYPTAGE - Plusieurs ministères sont dirigés par de nouvelles personnalités chargées de terminer le travail engagé par leur prédécesseur.

François Rebsamen et Michel Sapin, le 3 avril 2014.
François Rebsamen et Michel Sapin, le 3 avril 2014. Crédit : AFP
RomainRenner1
Romain Renner
Journaliste RTL

Si le gouvernement Valls ne compte que deux petits nouveaux - François Rebsamen (Travail) et Ségolène Royal (Ecologie) -, plusieurs ministres ont hérité de nouveaux postes. Leur mission : finir ce que leur prédécesseur a commencé.

Les nouveaux venus n'auront pas tous le temps de s'habituer à leurs nouvelles fonctions tant les dossiers dont ils ont pris la charge sont urgents. Même Manuel Valls hérite avec le pacte de responsabilité de la mise en œuvre d'un projet conçu sous Jean-Marc Ayrault, son prédécesseur.

L'inversion de la courbe du chômage pour François Rebsamen

Réélu à la mairie de Dijon, François Rebsamen postulait à la fonction de ministre de l'Intérieur. Finalement appelé à rejoindre le ministère du Travail, ce proche de François Hollande hérite de la lourde tâche d'inverser la courbe du chômage. Une mission que n'a pas réussi à accomplir Michel Sapin.

À lire aussi
Benoît Hamon invité de RTL le 15 mars 2019 Christophe Castaner
Castaner en boîte de nuit : Benoît Hamon réclame "un peu de tenue" sur RTL


Si l'emploi des jeunes paraît, globalement, en bonne voie de rémission, le taux de chômage général est, lui, plus difficile à maîtriser. Alors que le gouvernement avait annoncé son inversion à la fin de l'année 2013, il avait dû se contenter d'une "stabilisation" qui avait écorné son image et attaqué sa crédibilité.

La rédaction vous recommande

Michel Sapin hérite de la réduction des déficits

Les détracteurs de Michel Sapin arguent déjà qu'un ministre qui a échoué face au chômage ne peut qu'échouer face au déficit. Mais le nouveau ministre des Finances et des Comptes publics est bien celui qui aura la tâche, capitale, de défendre les intérêts de la France devant Bruxelles.

Michel Sapin devra également trouver le moyen d'atteindre les 3% promis à l'Union européenne, probablement à l'aide d'un nouveau délai demandé à l'UE. Déjà membre du conseil stratégique de la dépense, un groupe de ministres chargé de trouver le moyen de réaliser les 50 milliards d'euros d'économies annoncés en début d'année, Michel Sapin va devoir reprendre la main sur les comptes publics et trouver le bon rythme pour réaliser cette impressionnante réduction des dépenses.

La rédaction vous recommande

Benoît Hamon doit finir la grande réforme de l'enseignement

Nouveau ministre de l'Éducation nationale, Benoît Hamon reprend un ministère plombé par 64 milliards d'euros de dépenses annuelles. Affaibli par la difficile mise en place des nouveaux rythmes scolaires, Vincent Peillon lègue à son successeur, fin connaisseur des mouvements étudiants, une réforme incomplète de l'éducation.

La refonte des programmes et le collège font notamment partie des sujets à régler d'ici la fin du quinquennat. Benoît Hamon doit également tenir la promesse de 60.000 nouveaux postes dans l'Éducation nationale. A l'heure actuelle, 22.000 ont déjà été créés.

La transition énergétique pour Ségolène Royal

De retour à l'écologie 22 ans après l'avoir quittée, Ségolène Royal hérite d'un grand ministère. A elle de régler la question de l'exploitation des gaz de schiste, des énergies renouvelables et de la réduction de la part du nucléaire.

Ségolène Royal, qui a beaucoup agi pour la mise en place d'une économie verte dans le Poitou-Charentes, devra appliquer les mêmes principes à l'échelle nationale. Opposée à la fiscalité punitive, elle aura probablement un conflit à gérer avec les Verts, plutôt favorables à cette méthode pour assurer la promotion des comportements écologiques.

La rédaction vous recommande

Bernard Cazeneuve doit gérer la réforme pénale avec la Justice

Le "troisième homme de Beauvau", dont la nomination est le fruit d'un compromis entre François Hollande - favorable à François Rebsamen - et Manuel Valls - qui soutenait Jean-Jacques Urvoas -, n'arrive pas dans le ministère le plus simple à gérer.

Les policiers, relativement circonspects à propos de la nomination de l'ancien ministre du Budget, attendent beaucoup de leur nouveau patron. Leur principal sujet d'inquiétude touche les réforme pénale et de la garde à vue. En témoignent les propos de Jean-Claude Delage, secrétaire national du syndicat policier Alliance : "M. Cazeneuve va devoir ferrailler pour que le projet funeste de la réforme pénale soit abandonné".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Benoît Hamon Bernard Cazeneuve Budget
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7770923325
Gouvernement Valls : chômage, déficit... Ces dossiers brûlants légués aux nouveaux ministres
Gouvernement Valls : chômage, déficit... Ces dossiers brûlants légués aux nouveaux ministres
DÉCRYPTAGE - Plusieurs ministères sont dirigés par de nouvelles personnalités chargées de terminer le travail engagé par leur prédécesseur.
https://www.rtl.fr/actu/politique/gouvernement-valls-chomage-deficit-ces-dossiers-brulants-legues-aux-nouveaux-ministres-7770923325
2014-04-03 13:54:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/HGk9FkmLOBnN6D_SiNDM-Q/330v220-2/online/image/2014/0403/7770923059_francois-rebsamen-et-michel-sapin-le-3-avril-2014.jpg