2 min de lecture Présidentielle 2017

Front national : "François Hollande duplique plutôt mal François Mitterrand"

ÉDITO - Le Front national, dernier combat de François Hollande : c'est en tout cas annoncé comme tel par le Président lui-même.

Micro générique Switch 245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Front national : "François Hollande duplique plutôt mal François Mitterrand" Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

François Hollande est en campagne... contre le Front national. Cela fait des semaines que le Président met en garde contre une possible victoire de Marine Le Pen. Il pense que c'est son "ultime devoir" (c'est ce qu'il a dit à plusieurs journalistes européens). C'est pour cela que depuis plusieurs semaines, François Hollande a pris son bâton de pèlerin, en visite en Moselle ou bien prochainement à Vitrolles, dans des bastions FN, ou bien en Conseil des ministres ou au dîner du Crif. Dès qu'il a l'occasion de prendre la parole, il dénonce les "forces obscures". Il demande au gouvernement de se mobiliser face à la menace de l'extrême droite. Il prévient que "tout peut basculer".

Ce qui est assez "curieux" - et pour ne pas dire déroutant - c'est qu'il estime être le seul à faire campagne contre Marine Le Pen. C'est faux : tous les candidats sont dans la bataille face à celle qui fait la course en tête. C'est normal. C'est déroutant parce que, pardon !, voilà un président qui a renoncé à être candidat parce qu'il était impopulaire, qui a snobé la primaire, qui refuse de dire quel candidat il va soutenir, qui est inaudible depuis fort longtemps, et qui voudrait être aujourd'hui une autorité morale. Mais on rêve !

Mitterrand prenait de la hauteur

Pour être une autorité morale, il faut prendre de la hauteur. Il faut accepter de se désengager de la politique. Il faut admettre qu'une page s'est tournée. Souvenez-vous de François Mitterrand. "Le nationalisme, c'est la guerre", avait-il dit. C'était à la fin de son deuxième mandat, on était en cohabitation. Mitterrand, très affaibli par la maladie, s'adressait pour la dernière fois aux Européens depuis Berlin. C'était un message très puissant.

Rien de tout cela aujourd'hui. Aujourd'hui, c'est un François Hollande qui cherche tant bien que mal - plutôt mal que bien d'ailleurs - à dupliquer François Mitterrand. Il critique la campagne, la faiblesse des candidats. Il s'en prend aux primaires qui lui ont pourtant permis d'être désigné en 2011. Il laisse même ses amis divulguer que 500 parrainages auraient été mis de côté, "au cas où".

Hollande cherche à exister

À lire aussi
Emmanuel Macron et Christophe Castaner le 20 mars 2020 violences
Macron : de candidat à président, retour sur ses déclarations sur les violences policières

On dirait qu'il regrette de ne pas s'être engagé dans cette campagne. On a l'impression qu'il cherche à exister, qu'il cherche à dire qu'il n'a pas fini. Vous vous rendez compte que le mois dernier, le Président, qui invitait à dîner à l'Élysée des spécialistes du Front national, leur a confié qu'une des raisons pour lesquelles le FN avait prospéré est que "la gauche avait renoncé à la "patrie" sans proposer autre chose". Mais c'était qui la gauche ? Qui était à la tête du pays pendant cinq ans ? Qui était patron du PS pendant onze ans ?

Un ministre influent du gouvernement nous confiait récemment : "Les Français n'attendent qu'une chose, qu'on s'en aille". C'est terrible comme aveu, mais c'est assez lucide. Une lucidité qui semble manquer cruellement à François Hollande, qui reste enfermé dans la tambouille politique, qui n'accepte pas les règles du jeu, et qui pense toujours que sur un malentendu il pourrait influer sur l'élection. Surtout, il se demande quoi dire et quoi faire pour conjurer une victoire de Marine le Pen, qui viendrait souligner plus encore son échec.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Hollande Front national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants