2 min de lecture Visite officielle

François Hollande salue les "progrès" accomplis en Corse depuis 5 ans

Le président de la République, en visite sur l'île, a évoqué "des réformes décisives" menées au cours du quinquennat.

François Hollande s'est exprimé devant l'Assemblée de Corse, le 2 mars 2017
François Hollande s'est exprimé devant l'Assemblée de Corse, le 2 mars 2017 Crédit : PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
et AFP

"Le contexte a profondément changé en Corse". François Hollande, qui multiplie les déplacements en cette fin de mandat, s'est rendu sur l'île ce jeudi 2 mars. En visite à Ajaccio, il s'est félicité des "progrès accomplis" en Corse, "au terme d'un quiquennat où des réformes décisives ont été accomplies pour la France", a-t-il ajouté. 

Le président de la République s'est ensuite exprimé devant l'Assemblée de Corse, et a notamment évoqué la réforme institutionnelle censée créer une nouvelle collectivité unique à partir de 2018. Voté le 21 février par l'Assemblée nationale, le texte "permettra à la Corse d'avoir une représentation forte et unifiée". Concrètement, cette collectivité devrait remplacer au 1er janvier 2018 les départements de Corse-du-Sud et de Haute-Corse

"Une page se tourne", selon François Hollande

S'adressant aux élus de droite, qui souhaiteraient une loi spécifique pour la Corse, François Hollande a tenu à les mettre en garde : "Ceux qui seraient tentés de remettre en cause cette évolution majeure prendraient des risques (...) vis-à-vis du pays tout entier". Devant une assemblée peu enthousiaste, le président a apprécié "qu'aujourd'hui le débat démocratique (ait) supplanté des actions radicales : une page se tourne, avec un climat de concorde retrouvé", a-t-il estimé. 

Le chef de l'État est ensuite revenu sur la demande d'amnistie des prisonniers insulaires formulée par les nationalistes à la tête de la Collectivité territoriale. Sur ces prisonniers "politiques", comme les qualifient leurs défenseurs, François Hollande s'est déclaré "attaché à la séparation des pouvoirs et à l'indépendance de la justice". "L'État ne peut pas interférer dans les procédures et je mets en garde ceux qui laissent penser que ce serait possible ici ou ailleurs", a martelé le président. Cependant, il a expliqué que "dès que cela est possible, des prisonniers peuvent être transférés en Corse, au cas par cas, en appréciant leur situation". 

À lire aussi
élections européennes
Les résultats des européennes 2019 en Corse par département

Au cours de sa visite sur l'île de beauté, la deuxième de son quinquennat, François Hollande est allée se recueillir à la préfecture, devant une plaque à la mémoire du préfet Claude Érignac assassiné en 1998 à Ajaccio. Pour cette visite officielle, le président est accompagné de trois ministres : Najat Vallaud-Belkacem, Annick Girardin et Jean-Michel Baylet. Ils se sont ensuite rendus dans le village de Monticello, pour une cérémonie privée en hommage à Michel Rocard

>
François Hollande devant les élus de l’Assemblée de Corse
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Visite officielle François Hollande Corse
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants