En Corse, le nationalisme est entré dans une nouvelle ère

REPORTAGE - La tension est redescendue mercredi 17 février sur l'Île de Beauté après trois nuits d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre. Des événements sur fond identitaire.

>
En Corse, le nationalisme est entré dans une nouvelle ère Crédit Image : AFP / Pascal Pochard-Casabianca Crédit Média : Julien Fautrat Télécharger

À l’évidence, le nationalisme est entré dans une nouvelle ère sur l'Île de Beauté. Il a créé une effervescence dans la société corse. On sait que c'est une donnée majeure : c'est souvent l'événement qui créé la mobilisation : l'élection régionale en décembre déjà, avec un résultat de surcroît inattendu ; ensuite à Ajaccio fin décembre avec l'agression des policiers et les dégradations qui ont suivi ; enfin le supporteur bastais grièvement blessé le week-end dernier à Reims. Ces événements créent ou de la colère ou de l'espérance dans cette société en tension.

Pourquoi en tension ? Parce qu'aujourd'hui un jeune sur quatre vit sous le seuil de pauvreté. Parce que le chômage a augmenté de 14% en un an. Le Président nationaliste de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni est venu mercredi (17 février) soir à Corte pour tenter de calmer cette jeunesse. "Nous avons évidemment bénéficié, en décembre et dans les semaines qui ont suivi, d'un soutien manifeste. Il est tout à fait évident aussi que nous avons aujourd'hui une responsabilité : celle de satisfaire une attente presque irrationnelle dans certains cas", a-t-il déclaré. "Irrationnelle" : d'où la volonté de contenir les velléités de cette jeunesse qui espère.

Trois fois plus de Corses hors de Corse que sur l'île

Qui est cette nouvelle génération qui dit vivre au sein d’une "nation corse" ? C'est une génération de nationalistes qui s'est construite, en partie, dans des familles où l'on parlait corse. Ils peuvent indifféremment s'exprimer en français et en corse. Langue qui n'est pas reconnue, ce qui crée d'évidentes frustrations. Antone Casanova a 23 ans. Ce syndicaliste étudie la langue corse à la faculté Pascal-Paoli à Corte. Il est aujourd'hui l'un des leaders nationalistes. "Toutes ces années de lutte et de violence ont servi à cette victoire. on a vu ce qui s'est passé l'année dernière en Écosse, puis en Catalogne. On réalise que c'est aussi faisable à un moment donné de vivre par nous-mêmes. Pour faire la paix, il faut aussi que l'État fasse au geste pour que l'on puisse ensemble construire la Corse", explique-t-il.

L'université de Corse est devenue le symbole de cette jeunesse nationaliste. Gilles Simeoni en est issu, et avec lui l'espoir que l'on peut vivre en Corse et y faire carrière. C'est nouveau. Imaginez l'ampleur de la diaspora : il y a trois fois plus de Corses hors de Corse que sur l'île.

Manifestation à haut risque le 20 février

Une grande manifestation est prévue samedi 20 février à Bastia. Le match de Ligue 1 contre Nantes a été reporté pour calmer les esprits. Peut-on craindre des débordements ? "Cette perspective nous inquiète beaucoup", reconnaît Jean-Guy Talamoni. Il y a deux facteurs à prendre en compte. Le premier est qu'il y a des nationalistes casseurs.Un homme proche du mouvement nous a confié qu'il y a plusieurs dizaines de militants qui veulent en découdre.

Second facteur : le rôle du Sporting Club de Bastia, la tribune Petriniani du stade de Furiani. Ce n'est pas un hasard si toute la jeunesse engagée a manifesté toute la semaine pour un incident autour d'un supporter du Sporting. À travers le football, il y a une socialisation des Turkini, les bleus, les supporters bastiais. Le prochain match est à haut risque : un déplacement à Nice, où les supporters sont d’ores et déjà interdits. Reste que la journée de samedi est sous haute tension. La moindre étincelle pourra avoir des conséquences dramatiques.

La rédaction vous recommande
LoïcFarge42
par Journaliste RTL
Suivez Loïc Farge sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781943059
En Corse, le nationalisme est entré dans une nouvelle ère
En Corse, le nationalisme est entré dans une nouvelle ère
REPORTAGE - La tension est redescendue mercredi 17 février sur l'Île de Beauté après trois nuits d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre. Des événements sur fond identitaire.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/en-corse-le-nationalisme-est-entre-dans-une-nouvelle-ere-7781943059
2016-02-18 11:49:00
http://media.rtl.fr/cache/qhsQXhESoGPFG7IUJqkPSw/330v220-2/online/image/2016/0218/7781946587_la-corse-a-ete-secouee-par-trois-jours-d-incidents-comme-ici-a-corte-le-16-fevrier-2016.jpg