2 min de lecture Assemblée nationale

François de Rugy souhaite que le Parlement soit "davantage respecté" par l'exécutif

Dans un entretient accordé au "Monde", le président de l'Assemblée nationale a fait part de son opposition à la limitation du nombre d'amendements voulue par Emmanuel Macron.

François de Rugy, nouveau président de l'Assemblée nationale
François de Rugy, nouveau président de l'Assemblée nationale Crédit : AFP / Christophe Archambault
103787476925100813301
Félix Roudaut
et AFP

"Le Parlement doit être davantage respecté dans notre fonctionnement institutionnel". Cette mise en garde à l'adresse du gouvernement émane de François de Rugy, qui scrute avec méfiance les avancées de la réforme des institutions. Dans un entretien accordé au journal Le Monde, le président de l'Assemblée nationale s'est dit notamment opposé à la limitation du droit d'amendement, évoquée lors des consultations sur la prochaine réforme constitutionnelle.

Le titulaire du "perchoir" a toutefois reconnu que "le texte et la pratique de la Ve République donnent des pouvoirs d'action à l'exécutif" lui garantissant une certaine "capacité à agir". "Sur ce point essentiel, je le dis clairement : les parlementaires sont prêts à faire des efforts, mais le gouvernement doit en faire aussi", a-t-il ajouté.


Alors que les consultations menées par Édouard Philippe sur la réforme des institutions ont soulevé plusieurs points de désaccord avec des élus de tous les partis, François de Rugy, qui doit s'entretenir avec le Premier ministre mercredi 14 mars, a souligné que "les propositions de l'exécutif constituent une base de discussions. Ce n'est pas un texte à prendre ou à laisser".

À lire aussi
Les députés en session à l'Assemblée nationale assemblée nationale
Les députés vont se mettre à la méditation

Le gouvernement "risque de passer à côté des vraies solutions"

Interrogé sur l'hypothèse d'une restriction du droit d'amendement, il y a vu "une fausse solution". "Je n'y suis pas favorable", a-t-il souligné, notant que "cela n'a jamais été évoqué par le président de la République". "L'inflation d'amendements et la possibilité d'obstruction constituent un vrai problème, mais il existe d'autres outils pour y répondre que limiter le nombre d'amendements par groupe. À se focaliser sur cette proposition, on risque de passer à côté des vraies solutions", a-t-il mis en garde.

Interrogé sur l'opportunité de recourir au référendum en cas de blocage de cette réforme, l'ancien adhérant du parti écologiste venu grossir les rangs de La République en Marche (LREM) ne l'a pas exclue "sur certains points", "car nous ne pouvons pas dépendre d'une sorte de droit de veto du Sénat". "Je souhaite qu'un accord soit trouvé avec le Sénat et j'agis en ce sens", a-t-il toutefois précisé.

Les ordonnances "ne doivent pas se multiplier"

Quant aux critiques sur le recours aux ordonnances pour réformer le statut de la SNCF, le président de l'Assemblée, pour qui les ordonnances "ne doivent pas se multiplier", a estimé que la réforme en préparation pourrait à l'avenir limiter leur usage : "Transformons nos procédures pour plus d'efficacité et le recours aux ordonnances sera de moins en moins justifié", a-t-il fait valoir.

Interrogé sur les critiques de l'opposition visant son action, accusée d'alimenter "l'antiparlementarisme" après ses propos sur des députés "multirécidivistes de l'absence" et la nécessité d'appliquer strictement les sanctions, François de Rugy a jugé qu'elles provenaient de sa volonté de "transformer" l'institution. "Si je ne voulais pas être critiqué et faire l'unanimité, il me suffirait de ne proposer aucun changement", a-t-il affirmé, se disant "à l'écoute, et pas du style à être droit dans (s)es bottes".

Interrogé plus spécifiquement sur les charges récurrentes des Insoumis, qui l'ont accusé de faire de la "gesticulation puérile et rageuse" sur l'absentéisme dans une tribune publiée vendredi par le Huffington Post, M. de Rugy a répondu : "Je suis menacé et agressé verbalement, mais j'avance".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale François De Rugy Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792572587
François de Rugy souhaite que le Parlement soit "davantage respecté" par l'exécutif
François de Rugy souhaite que le Parlement soit "davantage respecté" par l'exécutif
Dans un entretient accordé au "Monde", le président de l'Assemblée nationale a fait part de son opposition à la limitation du nombre d'amendements voulue par Emmanuel Macron.
https://www.rtl.fr/actu/politique/francois-de-rugy-souhaite-parlement-soit-davantage-respecte-executif-7792572587
2018-03-11 01:25:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/178_f9Z_dQgEfHfj_YFmww/330v220-2/online/image/2017/0628/7789137946_francois-de-rugy-nouveau-president-de-l-assemblee-nationale.jpg