1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Fin de vie : le dîner très particulier d'Emmanuel Macron sur le sujet
1 min de lecture

Fin de vie : le dîner très particulier d'Emmanuel Macron sur le sujet

CONFIDENTIELS RTL - Mardi 13 février avait lieu à l'Élysée le premier des trois dîners que compte organiser Emmanuel Macron dans les cadre des États généraux de la bioéthique, ouverts il y a un mois.

Emmanuel Macron, le 9 janvier 2018
Emmanuel Macron, le 9 janvier 2018
Crédit : CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Fin de vie : le dîner très particulier d'Emmanuel Macron sur le sujet
02:55
Fin de vie : le dîner très particulier d'Emmanuel Macron sur le sujet
03:10
Pauline De Saint-Rémy & Loïc Farge

Ce rendez-vous portait sur le sujet ô combien sensible de la fin de vie. Un sujet sur lequel le candidat et président Macron a toujours montré peu d'empressement à légiférer (c'est peu de le dire). L'hebdomadaire La Vie a enquêté sur la façon dont se sont déroulées, trois heures durant, ces agapes si particulières.

On apprend notamment dans ses colonnes qu'Emmanuel Macron, qui tient à ce que tous les points de vue s'expriment sur ces sujets, a affiché une certaine complicité avec le député Jean-Louis Touraine, le président du groupe d'études à l'Assemblée sur la fin de vie, assis à son côté.

Mais autour de la table se trouvaient aussi bien des militants pro-euthanasie, comme le président de l'Association pour le droit à mourir dans la dignité, Jean-Luc Romero, que des représentants des autorités religieuses.

Le Président entretient le suspens

Après un mot introductif de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, des témoignages ses sont succédé, "sans acrimonie" particulière selon La Vie, certains émanant de représentants du corps médical. C'est d'ailleurs essentiellement en tant qu'ancien médecin que se serait exprimé le tout nouvel archevêque de Paris, Monseigneur Michel Aupetit.

À lire aussi

Seul véritable moment de tension évoqué : le moment où le grand rabbin de France, Haïm Korsia, "a mis les pieds dans le tartare mi-cuit de langoustines aux agrumes", parlant d'"assassinat" et rapprochant le débat sur l'euthanasie aux camps de la mort.

Marie Fontenel, la conseillère santé d'Emmanuel Macron était présente, prenant des notes avant de conclure, sans révéler son point de vue personnel. Il faut dire que le chef de l'État entretient le suspens sur sa position. À moins qu’il n’ait sincèrement pas encore "tranché",  comme l'a assuré Jean-Louis Touraine à l'hebdomadaire.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/