1 min de lecture États-Unis

Etats-Unis : un condamné à mort succombe deux heures après l'injection

Un condamné à mort a succombé près de deux heures après avoir reçu l'injection d'un cocktail létal.

Une salle d'exécution dans une prison du Texas. (illustration)
Une salle d'exécution dans une prison du Texas. (illustration) Crédit : TEXAS DEPARTMENT OF CORRECTIONS / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Un condamné à mort a succombé presque deux heures après avoir reçu l'injection d'un cocktail létal, au lieu d'une dizaine de minutes habituellement, ce mercredi 23 juillet en Arizona.

Joseph Wood, condamné pour les meurtres en 1989 de son ex-petite amie et du père de celle-ci, a été déclaré décédé à 15H49 locales (22H49 GMT) à Florence, alors que l'injection avait commencé à 13H52 locales, a indiqué une porte-parole du bureau du procureur général Tom Horne.

Le condamné encore vivant deux heures après

Cette exécution particulièrement longue, alors que la mort intervient en général au bout d'une dizaine de minutes, est survenue sur fond de polémique aux Etats-Unis entourant l'efficacité et l'origine des produits utilisés pour les exécutions.

"Les autorités pénitentiaires de l'Arizona (ADC) ont commencé l'exécution à 13H52. A 13H57, les ADC ont rapporté que Wood était anesthésié, mais à 14H02 il a commencé à respirer. A 14H03, sa bouche a bougé et il continue à respirer depuis lors. Il halète et grogne depuis plus d'une heure", écrivent les avocats dans ce document écrit alors que le condamné était encore vivant, à 15H02.

Une polémique qui enfle

À lire aussi
Illustration d'un chien chez le vétérinaire insolite
États-Unis : surprenante naissance d'un chiot vert fluo

Au cours des dernières 24 heures, Wood avait déposé plusieurs recours et contesté jusque devant la Cour suprême des Etats-Unis le voile du secret qui entoure la procédure d'injection létale dans cet Etat, comme dans nombre d'autres pratiquant la peine capitale.

Il avait dénoncé les risques de souffrances inconstitutionnelles qu'il risquait d'encourir lors de son exécution, en l'absence d'informations sur les produits utilisés et sur les qualifications des personnels chargés de les injecter.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Peine de mort Amérique du Nord
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants