2 min de lecture Espionnage américain

Espionnage américain : Stéphane Le Foll dénonce une pratique "inacceptable entre alliés"

Après les révélations de Wikileaks sur l'espionnage par les États-Unis des trois derniers présidents français, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a prévenu que des précisions allaient "sûrement" être "demandées" aux États-Unis.

Le porte-parole du gouvernement et ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll le 7 avril 2015.
Le porte-parole du gouvernement et ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll le 7 avril 2015. Crédit : LOIC VENANCE / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Au lendemain des révélations, selon des documents Wikileaks, sur l'espionnage par les États-Unis des trois derniers présidents français, le gouvernement s'apprête à prendre des mesures ce mercredi 24 juin. Alors que plusieurs ministres ainsi que les principaux responsables des services de renseignement sont attendus ce matin dès 9h  à l’Élysée "pour évaluer sur tous les plans la totalité des informations" publiées par Libération et Mediapart, suivie à 12h15 de la réunion d'une délégation parlementaire, Stéphane Le Foll a dénoncé une pratique "inacceptable entre alliés". Le porte-parole du gouvernement a par ailleurs annoncé sur iTÉLÉ que "précisions" allaient "sûrement" être "demandées" aux États-Unis à l'issu de ce Conseil.
 
"Il est difficile d'accepter qu'entre alliés (...), il puisse y avoir ce genre de pratiques, en particulier sur des écoutes liées au président de la République". "Quand on lutte contre le terrorisme (...), on a du mal à imaginer ou à comprendre ce qui motivait ainsi un allié d'aller écouter ses alliés qui sont, dans le monde d'ailleurs, sur des positions et des choix stratégiques qui font qu'on se retrouve souvent ensemble", a également déclaré le porte-parole du gouvernement. Ces informations dévoilées par Wikileaks, "on en connaît une partie puisqu'il y a déjà des choses qui ont été déjà divulguées il y a un an, on se rappelle sur la question de l'Allemagne et des écoutes de madame Merkel". Elles sont "libérées au compte goutte".

Pas de crise

Stéphane Le Foll temporise néanmoins. Si le porte-parole insiste sur le caractère "inacceptable" de cet espionnage, il assure que "ce n'est pas pour autant que l'on va entrer dans une crise". "Il faut bien réfléchir à ce que l'on dit, en particulier sur ce genre de sujets. Il y a suffisamment de crises dangereuses dans le monde aujourd'hui pour qu'entre alliés, on soit au niveau de la responsabilité qui est la nôtre."

Le porte-parole du gouvernement a par ailleurs plaidé en faveur du controversé projet de loi renseignement qui doit être définitivement adopté, en pleine révélation d'espionnage par les États-Unis, par le parlement mercredi soir: "Quel rapport ? (...) La cible de la France, c'est le terrorisme".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espionnage américain Wikileaks France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants