2 min de lecture Emmanuel Macron

"En Marche" : "On veut former 300 coordinateurs, on a besoin de 4.000 volontaires", estime Guillaume Liégey

REPLAY / INVITÉ RTL - Guillaume Liégey est à la tête d'une société qui forme actuellement ceux qui vont établir le "diagnostic représentatif" de l'état de la France.

micro générique L'invité RTL du week-end Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
"En Marche" : "On veut former 300 coordinateurs, on a besoin de 4.000 volontaires", estime Guillaume Liégey Crédit Image : PATRICK KOVARIK / AFP | Crédit Média : Bernard Poirette | Durée : | Date : La page de l'émission
Bernard Poirette
Bernard Poirette et Ludovic Galtier

Le 10 avril, le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, créait la surprise. Au 20 heures de France 2, le trentenaire annonçait le lancement du mouvement "En Marche". Guillaume Liégey est un de ses plus fervents soutiens. "On est en train d'organiser la grande marche", explique-t-il au micro de RTL. Dans le détail, "c'est une grande opération de porte-à-porte, dont le but est d'aller parler à 100.000 Français pour faire le diagnostic du pays. On va lancer ça courant mai et ça va s'étaler jusqu'à l'été."

Les futurs marcheurs, que l'on appelle "les coordinateurs de la grande marche", sont en train d'être formés. "On veut former 300 coordinateurs, on a besoin de 4.000 volontaires", ambitionne Guillaume Liégey. En clair, ce sont "les gens qui vont être en charge d'aller recruter des volontaires, former ces volontaires pour ensuite aller faire du porte-à-porte et "écouter les gens" un peu partout en France. L'idée, c'est d'aller faire du porte-à-porte dans le centre de Strasbourg, dans la campagne des Landes, en banlieue parisienne, dans Paris." 

Avant de s'élancer dans toute la France, les coordinateurs sont formés au cours de deux ateliers pratiques, "des jeux de rôle où ils vont s'entraîner à passer un coup de fil à un volontaire potentiel pour le convaincre de venir assister à une session de porte-à-porte. Ensuite, on va mimer du porte-à-porte avant d'en faire. On veut être au plus près des conditions du réel. Il faut s'entraîner."

Ce qu'on va en tirer, je ne sais pas. Il faudra se donner rendez-vous à la fin du mois de juillet

Guillaume Liégey
Partager la citation

Comment ces 100.000 personnes peuvent-elles être représentatives de la population française ? Un travail d'analyse des données va être réalisé "pour identifier les quartiers qui soient représentatifs de la population française. On a fait tourner un modèle sur une base de données de l'Insee et on a identifié partout en France des quartiers où l'on demande aux gens d'aller frapper aux portes."

À lire aussi
Alexandre Benalla, à Paris, le 19 février 2019 justice
Alexandre Benalla porte plainte contre l'association Anticor

À moins d'un an de l'élection présidentielle, cette opération n'est pas anodine. Elle ne fait en tout cas pas taire les rumeurs d'une candidature d'Emmanuel Macron à l'Élysée. Après cette marche, "il va réfléchir. L'objectif de cette grande marche est d'aller se confronter au réel. Ce qu'on va en tirer, je ne sais pas. Il faudra se donner rendez-vous à la fin du mois de juillet une fois qu'on aura commencé à digérer tout ce que les Français nous auront raconté."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emmanuel Macron Présidentielle 2017 Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants