8 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : Le Pen, Hamon, Macron... Revivez la journée de campagne du 8 avril

MINUTE PAR MINUTE - À 15 jours du premier tour, les candidats donnent de nouveau rendez-vous à leurs partisans.

Les 11 candidats à la présidentielle 2017
Les 11 candidats à la présidentielle 2017 Crédit : AFP et Montage RTLNET
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
et Clémence Bauduin

L'heure de vérité approche pour les 11 candidats à la présidentielle. À 15 jours du premier tour, ils multiplient les déplacements dans l'Hexagone et lâchent leurs dernières forces pour convaincre les indécis et les abstentionnistes. Dans le détail, Benoît Hamon passe son grand oral devant les étudiants de Science-Po Paris à 10h, Emmanuel Macron rencontre les associations ultramarines de l'Hexagone à Paris à 14h30, Marine Le Pen tient un meeting au Palais des Congrès d'Ajaccio à 15h30. Une heure plus tard, Nicolas Dupont-Aignan prendra la parole depuis Lyon et Nathalie Arthaud donne rendez-vous à ses partisans à Marseille. François Asselineau termine cette journée présidentielle à 17h à Nancy.

L'enjeu est d'autant plus important pour les candidats que les opinions des Français sont en train de se cristalliser et que la campagne officielle débute dans 48 heures. Dès lundi 10 avril, en effet, les candidats seront soumis à une égalité stricte des temps de parole.

Revivez la journée de campagne

21h45 - Après les échauffourées qui ont perturbé son meeting à Ajaccio, Marine Le Pen a accusé le préfet d'être "responsable" de la situation. "Le préfet a escorté ces militants violents jusqu'à la porte de mon meeting où ils se sont introduits, ils ont frappé des gens, ont déversé toute une série de projections, des pierres, des œufs. Je considère que le préfet est responsable de cette situation", a accusé la frontiste sur Radio Corse Frequenza Mora à l'issue de son meeting.

21h25 - Dans Le Parisien, Xavier Bertrand appelle Nicolas Sarkozy et Alain Juppé à soutenir François Fillon avec force. Le président LR des Hauts-de-France juge visiblement que les soutiens via les réseaux sociaux ne suffisent pas.

19h17 - Nathalie Arthaud était elle en meeting à Marseille. Consciente de son incapacité à remporter l'élection - celle-ci est créditée d'environ 1% d'intentions de vote -, la candidate de Lutte Ouvrière a fustigé le vote pour les "gros candidats". "Tous ceux-là continueront de gouverner comme Sarkozy, comme Hollande, c'est-à-dire au service des plus puissants", a-t-elle déclaré en marge du meeting.

18h10 - Nicolas Dupont-Aignan, lui, s'est insurgé à Lyon contre le vote utile.

>
Nicolas Dupont-Aignan interpelle les Lyonnais sur la question du "vote utile" Crédit Image : RTL | Crédit Média : Arnaud Grange | Durée : | Date :

18h06 - Revivez les manifestations qui ont bousculé le début du meeting de Marine Le Pen à Ajaccio.

>
Échauffourées à Ajaccio en amont du meeting de Marine Le Pen Crédit Image : RTL | Crédit Média : Julien Fautrat | Durée : | Date :
À lire aussi
François Fillon et son épouse Penelope en mars 2017 justice
Les infos de 7h30 - Après un faux départ, le procès des époux Fillon s'ouvre ce mercredi

17h19 - Le candidat de Debout la France considère que "battre Daesh" doit être "la priorité absolue" du pays.

17h12 - Rapidement, Nicolas Dupont-Aignan tacle ses adversaires François Fillon et Emmanuel Macron.

17h04 - Et c'est au tour de Nicolas Dupont-Aignan de prendre la parole. Le candidat de Debout la France donne un meeting à Lyon.

16h51 - Le discours de la candidate s'achève sur un Dio vi salvi Regina, l'hymne corse, avant que ne soit entamée une Marseillaise.

16h47 - Au tour de François Fillon d'être taclé par son adversaire. "Il avait dit qu'il supprimerait le droit du sol puis pour finir il a cédé à l'UDI (...) eh bien dis donc s'il cède devant l'UDI, j'espère qu'il ne sera pas élu parce que qu'est-ce qu'il va faire devant Trump ou Poutine, ironise la candidate. L'UDI quoi quand même... Lagarde !", poursuit-elle.

16h45 - "On ne vient en France que si on y est invité et c'est la même chose pour y rester (...). Je supprimerai de la loi la possibilité de régularisation des clandestins", affirme Marine Le Pen.

16h34 - "La priorité sera donnée aux Français", martèle Marine Le Pen, insistant sur le mot "Français". La présidente du FN déplore "une immigration massive", "qui déstabilise des pans entiers de notre territoire, qui pèse sur nos comptes sociaux et entraîne le développement d'un communautarisme incompatible avec notre mode de vie et nos valeurs de civilisation".

16h30 - "Nous allons réduire la taxe d'habitation pour les Français les plus modestes", promet Marine Le Pen dans un souci, dit-elle, "de justice sociale", "fondée sur la solidarité".

16h25 - "La Corse est l'une des régions de France qui affiche le plus fort taux de pauvreté alors que la vie y est déjà plus chère qu'ailleurs en France", lâche Marine Le Pen, qui parle d'une double peine. Elle compte instaurer un prime de pouvoir d'achat de l'ordre de 80 euros par mois pour les retraités et les salariés qui touchent moins de 1.500 euros par mois. Une mesure qu'elle compte financer grâce à une taxe sur les importations. Elle souhaite également défiscaliser les heures supplémentaires pour aider les revenus les plus modestes.

16h20 - "Nous allons mettre en place un protectionnisme intelligent", lâche-t-elle, déclenchant des applaudissements nourris dans la salle. Elle prend exemple sur Whirlpool, qu'elle souhaite taxer à 35% si elle compte envoyer en France des machines fabriquées en Pologne.

16h15 - La frontiste ouvre le chapitre européen. "C'est l'Union européenne (UE) qui laisse les multinationales rôder autour de nos fleurons", cingle notamment Marine Le Pen. Et de saluer la décision de la Grande-Bretagne de "reprendre son destin" en main en quittant l'UE. Selon elle, les effets positifs d'une telle décision se font déjà sentir outre-Manche. Le chômage y serait au plus depuis 40 ans. "Voilà pourquoi je souhaite que la France retrouve son indépendance". 

16h07 - Emmanuel Macron, qui apparaît comme le principal adversaire de la candidate FN dans les sondages, est qualifié par elle de "bébé Hollande". "Monsieur Macron cache la réalité terrifiante de son projet derrière un écran de fumée (...)", lance Marine Le Pen.

16h01 - "Le problème de la Corse n'est pas un problème corse, c'est d'abord et surtout un problème français" : Marine Le Pen entame une tirade sur ce qu'elle présente comme les "carences" de l'exécutif et d'un "État qui ne fonctionne plus correctement, qui n'a plus toujours les moyens et n'a pas toujours les directives".

15h48 - "Élue, je vous annonce qu’il n’y aura plus de matchs de football nulle part en France le 5 mai afin que la nation entière se souvienne et communie ensemble au souvenir de l’épouvantable drame de Furiani", annonce la candidate, suscitant les applaudissements de l'assemblée. Marine Le Pen évoque l'effondrement d'une tribune du stade Furiani de Bastia en 1992, qui avait causé la mort de 18 personnes. Actuellement, aucun match de football n'est joué un 5 mai, à condition que ce 5 mai tombe un samedi.

15h45 - "Je suis Française, intimement Française et, parce que je suis Française, je suis venue vous dire de ne pas avoir peur d’être Corses" : Marine Le Pen prend la parole, un quart d'heure après l'heure prévue en raison des bagarres qui ont éclaté.

15h40 - 

"Dehors les Français", scandaient les militants anti-Marine qui ont attaqué la démocratie et agressé la République à Ajaccio", a affirmé sur Twitter Florian Philippot, vice-président du FN.

15h30 -
La bataille de la communication est lancée : David Rachline, maire de Fréjus, a écrit sur Twitter que "le préfet laisse les milices d'extrême-gauche avancées à quelques mètres de l'entrée du meeting et publie la photo d'un militant présumé blessé.

15h20 - Marine Le Pen devrait utiliser une autre salle du palais des Congrès d'Ajaccio pour y tenir son meeting.

15h10 -
Selon nos confrères de Corse Matin, aux cris de "I fascisti fora", "Le FN, on n'en veut pas", les protestataires dénoncent la visite en Corse de la candidate.

15h03 - La salle du meeting de Marine Le Pen à Ajaccio a été évacuée après des bagarres et exclusions de manifestants.
entraînant des échanges de coups et l'usage de gaz lacrymogène, a constaté un journaliste de l'AFP.  
Le service d'ordre du FN a tenté de faire sortir une quinzaine de manifestants, dont un a crié "a Francia fora" (la France dehors). Des coups ont été échangés et du gaz lacrymogène répandu, avant que la salle ne soit finalement évacuée.
13h00 -
Tiphaine Auzière, fille de Brigitte Macron, fait campagne pour son beau-père, Emmanuel Macron, nous apprend France 3 Hauts-de-France. "Il m'a dit, 'si tu as envie de t'engager, vas-y'". Tiphaine Auzière est aussi soutenue par sa mère, qui l'a toutefois mise en garde: "Elle m'a dit 'quand même, soit prudente parce que c'est un monde un peu particulier, la politique'".

11h42 -
Bruno Le Maire, qui avait quitté l'équipe de campagne de François Fillon au moment où l'on apprenait sa potentielle mise en examen dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs, a confirmé à nos confrères de Paris Normandie qu'il voterait pour le candidat de la droite par "engagement" pris au cours de la campagne de la primaire de la droite et du centre. Le député de l'Eure 
"continue à croire" que le projet de François Fillon est "le mieux à même de redresser la France". "Il ne doit surtout pas être édulcoré!", demande-t-il.

11h30 - Interrogé par nos confrères de Sud Radio sur la politique vis-à-vis des automobilistes samedi 8 avril, Jean Lassalle s'est prononcé sur le dossier du diesel. "Ceux qui roulent au diesel, ce n'est pas par bonheur du diesel, c'est parce que c'est ce que leur permet leur portefeuille", a tweeté le candidat à la présidentielle, qui dénonce par ailleurs le code de la route. "J'ai perdu mon permis pour des petits points, j'ai découvert la haine des millions de gens qui doivent le repasser."

11h00 - En meeting à Clermont-Ferrand vendredi 7 avril, François Fillon s'est comparé à Vercingétorix. "Là-bas, il y a quelques siècles, un rebelle gaulois, Vercingétorix, infligea une défaite magistrale à Jules César... qui était pourtant le favori des sondage !", s'est-il exclamé, devant environ 3.000 personnes. Une comparaison, qui suscite les rires et les moqueries de Twitter.

9h30 - Dans 48 heures, la campagne officielle va débuter. Les Français recevront les professions de foi des candidats, qui disposeront d'un temps de parole égal dans les médias.

9h00 -
Le programme des meetings de la journée :  Benoît Hamon sera devant les étudiants de Science-Po Paris à 10h, Emmanuel Macron rencontrera les associations ultramarines de l'Hexagone à Paris à 14h30, Marine Le Pen sera au Palais des Congrès d'Ajaccio à 15h. À 16h, Nicolas Dupont-Aignan prendra la parole depuis Lyon et Nathalie Arthaud donnera rendez-vous à ses partisans à Marseille. François Asselineau terminera cette journée présidentielle à 17h à Nancy.
8h30 - Jacques Cheminade et Jean Lassalle veulent le retour du service militaire. Benjamin Sportouch, rédacteur en chef adjoint du service politique de RTL, en dit plus sur leurs intentions dans sa chronique hebdomadaire, Moi Candidat.

8h15 - 
Le début de cette journée politique est marqué par la publication d'un sondage BVA Salesforce pour la presse régionale, qui place Marine Le Pen et Emmanuel Macron en tête à égalité avec 23% des d'intentions de vote, mais surtout François Fillon et Jean-Luc Mélenchon au coude-à-coude à la troisième place avec chacun 19% des intentions de vote.

8h00
- Bienvenue dans ce direct pour ne rien manquer de la campagne présidentielle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Marine Le Pen Benoît Hamon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants