1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Élections régionales 2015 en Normandie : ce que proposent les candidats
4 min de lecture

Élections régionales 2015 en Normandie : ce que proposent les candidats

ÉCLAIRAGE - À moins de deux semaines du scrutin, les listes ont dévoilé leurs propositions. Emploi, santé, transport : voici les principaux arguments des candidats.

L'Hôtel de région de Haute-Normandie.
L'Hôtel de région de Haute-Normandie.
Crédit : ROBERT FRANCOIS / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

En Normandie, les deux Conseils régionaux sont actuellement à gauche. Mais les cinq départements de la région sont passés dans le giron de la droite aux élections municipales de 2014. La gauche n'a jamais été aussi près de perdre ce territoire qu'elle préside depuis 2004 pour la Haute-Normandie et 1998 pour la Basse-Normandie. Neuf listes s'affronteront les 6 et 13 décembre prochains.

Les voici, par ordre alphabétique du nom des mouvements : Debout la France (tête de liste Nicolas Calbrix), Europe Écologie - Les Verts (tête de liste Yanic Soubien), Front de gauche (tête de liste Sébastien Jumel), Front national (Nicolas Bay), Les Républicains-UDI-Modem (tête de liste Hervé Morin), Lutte ouvrière (Pascal Le Manach), Nouvelle Donne (Alexandra Lecoeur), Parti socialiste (tête de liste Nicolas Mayer-Rossignol), Union populaire républicaine (tête de liste Jean-Christophe Loutre). 

Emploi : la priorité de Nicolas Mayer-Rossignol

Nicolas Mayer-Rossignol, président socialiste de Haute-Normandie, veut rempiler. Dans cette campagne, le plus jeune chef d'un exécutif régional a fait de l'emploi sa priorité. Dans le quotidien Paris Normandie, il dit envisager "créer un service public régional de l'emploi en Normandie chargé de coordonner les dispositifs de retour à l'emploi et de formation professionnelle". Hervé Morin (UDI-Modem-Les Républicains), un de ses concurrents les plus sérieux, propose "une prime de 5.000 euros pour l'embauche d'un apprenti de plus de 18 ans. Je veux aussi créer une agence dotée de 100 millions d'euros pour les TPE et les entreprises de taille intermédiaire", lance-t-il dans le même quotidien. 

Le Front national, emmené par Nicolas Bay, profite de la campagne pour décocher ses flèches contre la majorité socialiste actuelle. "Je pense que le chômage est largement lié à des choix politiques nationaux, mais qui sont aggravés par l’action, sans cohérence ni vision stratégique, du conseil régional qui intervient souvent auprès de grands groupes qui n’hésitent pas à délocaliser. Il faut que la région se focalise sur des filières d'avenir".

À l'augmentation constante mois après mois du taux de chômage en France, Yanic Soubien, tête de liste Normandie Écologie, répond par le développement de l'économie verte. "Dans notre région, les métiers liés à l’installation, la gestion et l’entretien de l’éolien, du photovoltaïque et de l’hydrolien, ainsi que de l’efficacité énergétique des bâtiments, peuvent créer des dizaines de milliers d’emplois", défend-t-il. À l'inverse, Sébastien Jumel, tête de liste Front de gauche, défend les "fleurons de la région. Il faut enclencher la dynamique d'un renouveau économique et industriel à partir de l'industrie verrière, l'automobile, l'agriculture, la pétro ou la bio-chimie".

Transports : des questions autour de la Ligne nouvelle Paris Normandie

À écouter aussi

Les transports sont une des compétences historique de la région. Dans une tribune à Normandie Actu, Nicolas Mayer-Rossignol est satisfait de l'état du réseau ferroviaire local. "Les trains intra régionaux marchent dans l’ensemble très bien mais nous nous mobiliserons pour obtenir de la SNCF des trains de qualité sur les lignes qui relèvent de sa responsabilité, notamment en heures de pointe. Nous porterons la rénovation, que doit engager l’État, de l’intégralité des trains Intercités d’ici 2025. Nous continuerons de porter la réalisation de la Ligne nouvelle Paris Normandie (LNPN) très attendue des Normands." 

Hervé Morin, tête de liste UDI-Les Républicains, soutient le projet de la Ligne nouvelle. "Mais avant l’arrivée de ce projet de long terme, nous ferons de l’amélioration du service ferroviaire l’une des grandes priorités du nouvel exécutif régional : ponctualité et cadencement des trains, amélioration des services à bord, accès à internet dans les rames et dans les gares, rénovation et accessibilité des gares aux personnes en situation de handicap." 

Nicolas Bay, pour le FN, s'oppose avec virulence au projet du président sortant. "La situation des transports ferroviaires en Normandie est aujourd’hui insoutenable et, selon Réseau ferré de France, la LNPN sera achevée d’ici 30 ans au mieux, soit une amélioration prévue vers 2045 alors que les besoins auront certainement évolué d’ici là, détaille-t-il dans une tribune à Normandie Actu. "Nous proposons la réalisation de nouveaux tronçons pour améliorer les temps de parcours, notamment entre Rouen et Caen ainsi qu’entre Rouen et Évreux". Jean-Christophe Loutre, candidat de l'Union populaire républicaine, propose de consulter les Normands par référendum en ce qui concerne la politique de transport.

Au sujet du transport aérien, Nicolas Mayer-Rossignol concentre ses efforts "pour développer la plateforme régionale de Deauville-Normandie". Hervé Morin (UDI-Les Républicains) privilégie "une strate´gie de complémentarité des ae´roports normands, en mutualisant au maximum les frais fixes, gage de la meilleure utilisation des infrastructures existantes". Côté routes, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy "soutiendra la réalisation du contournement Est de Rouen (liaison A28-A13)".

Santé : la lutte contre les déserts médicaux, priorité d'Hervé Morin

Peu de propositions détaillées au sujet de la santé se trouve dans les programmes des candidats normands. Le président sortant souhaite créer un "pass Région santé" pour tous les lycéens et apprentis pour prévenir les MST et les grossesses non désirées. Le développement des formations médicales et paramédicales et la création d'une faculté dentaire sont des leitmotivs du socialiste. 

Hervé Morin, candidat pour Les Républicains et l'UDI, veut garantir l'accès aux soins et offrir une santé de qualité pour tous. Parmi les propositions du candidat, la lutte contre les déserts médicaux dans les territoires ruraux avec le développement des maisons de santé et de la télémédecine est sa priorité. Il entend enfin mettre en place des formations médicales afin d'accentuer les chances de garder et d'attirer les professionnels de santé sur le territoire.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/