2 min de lecture Élections européennes

Smic européen : qu'en pensent les candidats aux élections européennes ?

Emmanuel Macron a relancé l'idée d'un Smic européen dans sa tribune sur l'Europe. Une idée approuvée par certains et rejetée par d'autres.

Manon Aubry, Nicolas Dupont-Aignan, Jordan Bardella, François-Xavier Bellamy, Raphaël Glucksmann, Yannick Jadot, Nathalie Loiseau
Manon Aubry, Nicolas Dupont-Aignan, Jordan Bardella, François-Xavier Bellamy, Raphaël Glucksmann, Yannick Jadot, Nathalie Loiseau Crédit : AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Faut-il instaurer un Smic européen ? La France insoumise, mais aussi Générations et le PCF plaident en faveur de cette mesure. Cependant Manon Aubry, la tête de liste LFI aux européennes fixe son niveau à "75% du salaire médian dans chaque pays". 

Tandis que Raphaël Glucksmann, tête de liste Place publique/PS, souhaite le fixer à "65% du revenu médian". Quant à Ian Brossat, la tête de liste PCF prône "60% du salaire moyen".


22 pays sur 28 ont des Smic au sein de leur pays, mais pour l'instant le Smic européen n'existe pas. À noter qu'Emmanuel Macron avait esquissé un projet de revenu européen dans sa tribune sur l'Europe. Yannick Jadot est favorable à "des Smic européens". 

Défendre un Smic européen, encore faut-il défendre un Smic en France

Manon Aubry à Nathalie Loiseau
Partager la citation

Lors de l'émission La Grande Confrontation sur LCI, en partenariat avec RTL et Le Figaro, la tête de liste EELV indique : "L'enjeu n'est pas d'imposer un revenu minimum en Suède et dans les pays nordiques où ils ont des syndicats forts. La question, c'est comment on fait une convergence sociale (...) Il ne doit plus y avoir de dumping social".

Nicolas Dupont-Aignan, tête de liste Debout la France, estime que le Smic européen, "c'est le RSA en France". "C'est l'harmonisation par le bas et le chômage de masse. La folie, c'est d'avoir mis ensemble des pays qui n'ont pas le même contexte social. On ne peut pas mettre en concurrence des gens payés 250 euros et le Smic français. On doit arrêter avec ce libre-échange déloyal de folie", indique-t-il.

À lire aussi
Marion Maréchal, le 22 février 2018 Rassemblement national
RN : Marion Maréchal voit "une opportunité" dans "l'effondrement de LR"

La tête de liste La République En Marche, Nathalie Loiseau, veut "une Europe sociale vers le haut. On ne peut pas avoir un Smic bulgare au niveau de l'ouvrier chinois. Ça n'est pas décent, cela fait concurrence à nos travailleurs (...) Si monsieur Orban veut continuer à ne pas avoir de protection sociale, il peut continuer à le faire mais il ne touche pas les fonds européens". 

Manon Aubry en profite pour ramener Nathalie Loiseau à son bilan au sein de la majorité présidentielle. "Défendre un Smic européen, encore faut-il défendre un Smic en France", ajoute-t-elle. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections européennes Smic
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants