1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Ehpad : "On peut imaginer des systèmes alternatifs", estime Olivier Saint-Jean
1 min de lecture

Ehpad : "On peut imaginer des systèmes alternatifs", estime Olivier Saint-Jean

INVITÉ RTL - Alors que Agnès Buzyn présente mercredi 30 mai son "plan de prise en charge de la dépendance", Olivier Saint-Jean, chef de service de gériatrie à l’hôpital européen Georges-Pompidou, préconise un système d'Ehpad plus ouvert.

Le Professeur Olivier Saint-Jean était l'invité de la matinale de RTL, le 30 mai 2018
Le Professeur Olivier Saint-Jean était l'invité de la matinale de RTL, le 30 mai 2018
Crédit : Kathleen Franck / RTL.fr
Olivier Saint-Jean était l'invité de la matinale de RTL du 30 mai 2018
00:50
Ehpad : "On peut imaginer des systèmes alternatifs", estime Olivier Saint-Jean
11:00
Ehpad : "On peut imaginer des systèmes alternatifs", estime Olivier Saint-Jean
11:01
Marie Zafimehy
Journaliste

Milieu fermé et médicalisé, "les Ehpad font peur parce qu'on en a une image peu fiable." Invité de RTL mercredi 30 mai, le professeur Olivier Saint-Jean, chef de service de gériatrie à l’hôpital européen Georges-Pompidou réagit à la présentation du "plan de prise en charge de la dépendance" par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

"Les Ehpad sont physiquement fermées, les libertés d'aller et venir sont remises en cause", reconnaît-il. C'est pour ces raisons qu'il prône le développement d'alternatives au placement des seniors en maison de retraite, comme c'est déjà le cas en Europe du Nord par exemple.

"On peut imaginer des tas de systèmes alternatifs, explique-t-il. Au lieu de faire de grandes structures, on peut faire des appartements dans des immeubles avec une partie de collectivité, des logements intergénérationnels..."

Manque d'effectifs dans les Ehpad

Le professeur Saint-Jean salue les efforts budgétaires faits par le ministère de la Santé mais souligne que le principal problème reste le manque d'effectifs, faute de recrutement suffisant. "Les conditions de travail sont très difficiles, on n'a pas de candidats, on manque de personnes formées dans ce domaine", explique-t-il. "Un mode d'organisation beaucoup plus ouvert sur l'extérieur pourrait rendre ce métier plus attractif."

À lire aussi

Quant à la promesse d'affecter une infirmière de nuit dans chaque établissement, il doute de son efficacité. "L'arrière-pensée est surement d'éviter les transferts inutiles aux urgences mais je ne suis pas certain qu'une infirmière va résoudre tous les problèmes."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/