2 min de lecture Éducation nationale

Couper les allocations des parents d'élèves violents : "Je dis oui", lance Alba Ventura

ÉDITO - Le ministre de l'Éducation nationale envisage de supprimer les allocations familiales aux parents d'élèves violents. Depuis des années, la mesure déchaîne les passions à droite comme à gauche.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
Couper les allocations des parents d'élèves violents : "Je dis oui", lance Alba Ventura Crédit Image : LUDOVIC MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

Est-ce que le ministre a raison de vouloir sanctionner des parents dont les enfants se comportent comme des voyous à l’école ou qui ne font rien pour les en empêcher ? Bien sûr qu’il a raison. Cela s’appelle un défaut d’autorité. Les parents sont responsables de leurs enfants jusqu’à leur majorité. Et ils sont donc responsables quand leurs gamins braquent une arme, même factice, sur leur prof. Et ils sont responsables quand leurs gosses vont tout saccager dans leur établissement, comme à Tulle au collège Victor Hugo (50.000 euros de dégâts).

Est-ce que ça doit passer par la suppression des allocations ? Je dis oui aussi. Mais là où Jean-Michel Blanquer est pragmatique c’est qu’il dit : "Ça ne doit pas être automatique". Et c’est vrai que, suspendre les allocations familiales d’une mère qui vit seule avec ses enfants, ce n’est pas la meilleure solution, c’est même la double peine. Il y a des cas où supprimer les allocations aggrave la situation.

En revanche, pour ceux qui "laissent filer" ou pire, qui se rangent aux côtés de leurs sauvageons, pas de quartier. Le ministre parle de la "complicité" des parents et il a raison. On a vu d'ailleurs cette semaine à Uzes (Gard) un père gifler un prof parce qu'il avait confisqué le portable de son fils.

À lire aussi
Une lycéenne regarde ses résultats sur Parcoursup études supérieures
Parcoursup 2019 : un calendrier raccourci et accéléré

Là, cela va au-delà des allocations, c'est du ressort de la justice, mais ce n'est pas tolérable de laisser des parents prendre parti pour des enfants qui ne respectent rien. Donc, que l’institution oblige les parents à être des parents, ça ne me choque pas.

La mesure fait débat entre gauche et droite

L'efficacité de ce type de mesures, c'est le grand débat entre la gauche et la droite. Vous savez, le projet du ministre Blanquer s’inspire de la Loi Ciotti, du nom du député LR Éric Ciotti pour sanctionner l’absentéisme. Loi qui a été abrogée par les socialistes.

Le Journal le Parisien a donné des chiffres sur les années 2011/2012. Sur 79.000 signalements, il y a eu 619 suspension d’allocations et sur ces 619 suspensions, 142 ont ensuite été reversées aux familles, la situation s'étant améliorée.

À gauche, on dit que c’est totalement inefficace parce que finalement ça ne marche que sur 1 cas sur 4. À droite, on dit c’est déjà ça. On a au moins ramené 142 gamins à l’école. C’est le verre à moitié plein ou à moitié vide.

Apprendre à respecter autrui

Moi, je préfère voir le verre à moitié plein, même si la mesure n’est évidemment pas magique, et qu’elle doit faire partie d’un arsenal. Mais l’essentiel est d’envoyer un signal. De rappeler que la responsabilité des parents est engagée quand l'enfant se comporte mal, quand il sèche l’école alors que vous touchez une allocation de rentrée scolaire.

Parce qu’au-delà de ces sanctions, il y a l’idée de restaurer une autorité mise à mal partout. Et Jean-Michel Blanquer a raison d’y revenir, comme il a raison de toujours rappeler qu’à la petite école, l’objectif n’est pas seulement d’apprendre à lire, écrire et compter mais aussi de respecter autrui. Comme il a raison de s’opposer au port de signes religieux pendant le service national comme le souhaitait l’Observatoire de la laïcité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Jean-Michel Blanquer Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796193928
Couper les allocations des parents d'élèves violents : "Je dis oui", lance Alba Ventura
Couper les allocations des parents d'élèves violents : "Je dis oui", lance Alba Ventura
ÉDITO - Le ministre de l'Éducation nationale envisage de supprimer les allocations familiales aux parents d'élèves violents. Depuis des années, la mesure déchaîne les passions à droite comme à gauche.
https://www.rtl.fr/actu/politique/education-couper-les-allocations-des-parents-d-eleves-violents-je-dis-oui-lance-alba-ventura-7796193928
2019-01-11 09:07:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/gQJXJGKLh8VTUWlgUKqlpA/330v220-2/online/image/2018/1108/7795491852_jean-michel-blanquer-le-30-octobre-2018.jpg