1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Droit du sol : "Aujourd'hui, on est Français un peu par hasard", déplore Copé
1 min de lecture

Droit du sol : "Aujourd'hui, on est Français un peu par hasard", déplore Copé

INVITÉ RTL - Le candidat à la primaire s'oppose à l'automaticité, toutefois relative, de l'acquisition de la nationalité française.

Jean-François Copé, invité de RTL le 23 septembre 2016
Jean-François Copé, invité de RTL le 23 septembre 2016
Crédit : Maxime Carignano / RTL
Droit du sol : "Aujourd'hui, on est Français un peu par hasard", déplore Copé
02:52
Jean-François Copé propose de supprimer le droit du sol
00:24
Jean-François Copé, invité de RTL le 23 septembre 2016
09:40
Jean-François Copé : "Nicolas Sarkozy aime animer le débat avec de vrais-faux sujets"
03:36
"Il faut un tournant sécuritaire et régalien" affirme Jean-François Copé
00:16
Polémique sur les Gaulois : "Nicolas Sarkozy aime animer le débat avec de vrais-faux sujets"
09:43
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

C'est une des mesures qui fait sa différence dans cette campagne. Jean-François Copé propose de supprimer le droit du sol s'il venait à accéder à la responsabilité suprême. Contrairement à Nicolas Sarkozy, qui souhaiterait simplement l'aménager. Au micro de RTL, le député-maire de Meaux défend son idée. "Quand on a lancé cette polémique un peu absurde sur les Gaulois, on n'a pas parlé de l'essentiel. Qu'est-ce qu'on veut en matière de politique d'immigration et d'assimilation ?"

Le candidat veut le remplacer par "une adhésion volontaire". "Aujourd'hui, on est Français un peu par hasard. Il n'y a pas de réflexion sur ce que c'est d'adhérer à la nation française." Sauf que 90% des enfants nés en France de parents étrangers font un acte volontaire pour devenir Français avant 18 ans. L'automaticité ne concernerait donc que quelques milliers de personnes.

L'ancien président de l'UMP n'en démord pas. "Pour ceux qui sont nés en France de parents étrangers, mon idée est qu'il y ait à l'âge de 16 ou 18 ans des conditions d'adhésion, avec en particulier l'absence de casier judiciaire, la maîtrise de la langue française, pour rétablir l'idée de l'autorité", estime Jean-François Copé, qui entend créer 50.000 postes de policiers, gendarmes, magistrats, gardiens de prison et militaires.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/