1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Hommage à Xavier Jugelé : il était "un héros du quotidien", dit Hollande
4 min de lecture

Hommage à Xavier Jugelé : il était "un héros du quotidien", dit Hollande

MINUTE PAR MINUTE - François Hollande a rendu hommage à Xavier Jugelé, le policier tué lors de l'attentat des Champs-Élysées. Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont assisté à la cérémonie.

François Hollande, lors de l'hommage à Xavier Jugelé à la Préfecture de police de Paris, le 25 avril 2017
François Hollande, lors de l'hommage à Xavier Jugelé à la Préfecture de police de Paris, le 25 avril 2017
Crédit : bertrand GUAY / AFP
Marie-Pierre Haddad

Xavier Jugelé, 37 ans, a été tué de deux balles dans la tête par Karim Cheurfi, lors de l'attentat perpétré sur les Champs-Élysées à Paris. Ce mardi 25 avril, François Hollande a rendu un hommage national, en présence d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, au policier qui a été élevé à titre posthume au rang de capitaine et fait chevalier de la Légion d'honneur. Lors de la cérémonie, le compagnon de Xavier Jugelé, avec lequel il était pacsé, a pris la parole."Vous n'aurez pas ma haine. Cette haine je ne l'ai pas parce qu'elle ne te ressemble pas, ajoute-t-il. Je voudrais dire à tous tes camarades combien je suis proche d'eux. Je voudrais dire à ta hiérarchie policière combien j'ai vu la sincérité dans leurs yeux et dans leurs gestes", a-t-il déclaré.

À trois jours du premier tour de l'élection présidentielle, cet attentat est venu secouer le pays. Une voiture s'est arrêtée à la hauteur d'un car de police garé dans le haut de la célèbre avenue des Champs-Élysées, au cœur de Paris. L'assaillant, bien connu de la police et de la justice pour son intention de tuer les forces de l'ordre, tire à nouveau vers les policiers qui ripostent et l'abattent. L'attaque a été revendiquée par l'État islamique.

Retrouvez l'hommage à Xavier Jugelé

11h32 - "C'est un combat de longue haleine que la France conduit, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur. Il sera long, éprouvant et difficile mais j'en suis sûr victorieux. Il exige de la responsabilité. Je pense à ces destins brisés. La République, c'est un projet qu'il nous faut accomplir, c'est la promesse à chaque citoyen de vivre libre. Aujourd'hui, la nation toute entière exprime sa profonde gratitude au capitaine Jugelé. Il avait l'esprit droit et honnête. Qu'il sache que son sacrifice a réuni toute la nation, qu'il sache que nous sommes ici, sa famille, son conjoint, ses collègues, fiers de lui. Nous ne l'oublierons jamais. Vive la République et vive la France". 

11h24 - "Xavier Jugelé défendait des valeurs. C'est pour sauvegarder la liberté qu'il s'est engagé dans les forces de l'ordre (...) Nos forces de l'ordre sont à l'image de la société (...) Il était curieux de tout, il aimait les gens, l'art, la musique, le cinéma. Il se sentait citoyen du monde (...) Aux élus qui auront à décider pour demain je leur demande d'accorder les ressources budgétaires aux forces de l'ordre, pour assurer la sécurité de nos citoyens. C'est ce que j'ai fait depuis cinq ans", poursuit François Hollande.

11h20 - Il ajoute : "Les policiers sont devenus des cibles, à cause de l'uniforme qu'ils portent. J'associe à cet hommage, les deux policiers qui ont été touchés jeudi dernier. Ils sont hors de danger et nous leurs adressons nos souhaits de rétablissement. Le capitaine Jugelé était un héro du quotidien, comme ses collègues qui étaient avec lui et ont fait face à un terroriste. Policiers, gendarmes, vous êtes les remparts de la démocratie (...) À ses collègues, à tous celles et ceux qui ont eu le privilège de croiser son chemin, je veux dire au nom de la nation que nous partageons votre tristesse immense, mais aussi votre colère".

À lire aussi

11h16 - François Hollande s'exprime : "Nous sommes rassemblés ce matin pour rendre hommage à Xavier Jugelé, pour partager la peine de ses parents, de sa famille, de son conjoint Étienne Cardiles, de ses collègues, en nous adressant à tous les Français. Jeudi dernier, un policier est mort, assassiné par un terroriste. De nouveau, la France a perdu l'un de ses fils parmi les plus braves (...) C'est parce qu'il était policier qu'il a été frappé et c'est en policier qu'il est tombé. Les risques du métier, nul ne les ignore".

À regarder

Hommage à Xavier Jugelé : il était "un héros du quotidien", dit Hollande
21:21

11h10 - "Vous n'aurez pas ma haine. Cette haine je ne l'ai pas parce qu'elle ne te ressemble pas, ajoute-t-il. Je voudrais dire à tous tes camarades combien je suis proche d'eux. Je voudrais dire à ta hiérarchie policière combien j'ai vu la sincérité dans leurs yeux et dans leurs gestes. Je voudrais dire à tous ceux qui nous ont témoigné de l'affection que j'y ai été sensible. Restons tous dignes et veillons à la paix. Gardons la paix". 

À regarder

Hommage à Xavier Jugelé : "Je souffre sans haine", dit son conjoint
07:01

11h07 - Étienne Cardiles, le compagnon de Xavier Jugelé, prend la parole : "Xavier, jeudi matin comme de coutume je suis parti travailler et tu dormais encore (...) Ce type de mission je le sais te plaisait parce que c'était aussi la culture que vous protégiez. À cet instant à cet endroit, le pire est arrivé pour toi et tes camarades (...) Je suis rentré le soir sans toi avec une douleur extrême et profonde. Cette douleur m'a donné le sentiment d'être plus proche de tes camarades qui souffrent".

11h04 -  Le cercueil de Xavier Jugelé entre dans la cour de la Préfecture de police de Paris.

11h01 - Le chef de l'État se tient devant l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, le président du Sénat, Gérard Larcher, la ministre de l'Éducation et Matthias Fekl. 

10h59 - Le président de la République passe en revue les troupes.

10h57 - L'hommage à Xavier Jugelé débute. François Hollande arrive avec Bernard Cazeneuve, le premier ministre, Matthias Fekl, le ministre de l'Intérieur et Anne Hidalgo, la maire de Paris, à la Préfecture de police de Paris.

10h36 - Un registre de condoléances a été ouvert au lendemain de l'attaque sur les Champs-Élysées. À l'endroit où il a été abattu, des mots et des fleurs ont été déposées. "Jamais je n'oublierai la belle personne que tu étais", a écrit un de ses amis, comme le raconte Le Monde.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/