1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. François Hollande eplique pourquoi il n'a pas répondu aux attaques de Léa Salamé
2 min de lecture

François Hollande eplique pourquoi il n'a pas répondu aux attaques de Léa Salamé

Lors de l'émission "Dialogues Citoyens", le 14 avril dernier, la chroniqueuse avait interpellé le Président, pas très bavard, sur la question des migrants.

François Hollande et Léa Salamé dans "Dialogues Citoyens"
François Hollande et Léa Salamé dans "Dialogues Citoyens"
Crédit : AFP / France 2
Marie de Fournas

François Hollande a-t-il voulu être gentil ? Sur le plateau de France 2 pour l'émission Dialogues Citoyens, jeudi 14 avril, le Président n'avait pas été jugé très mordant face aux journalistes-intervieweurs, et notamment Léa Salamé. L'explication, plutôt originale, est dévoilée ce jeudi 21 avril dans les colonnes de Challenges.

L'excuse du Président, rapportée dans les pages du magazine, est plutôt simple. "Je ne voulais pas être l'ogre qui dévore la princesse", aurait rétorqué François Hollande à un interlocuteur qui lui reprochait de ne pas avoir remis à sa place Léa Salamé. Une jolie métaphore enfantine qui sous-entend clairement qu'il avait les arguments pour répondre mais qu'il ne voulait pas mettre la chroniqueuse en position de faiblesse. Une attitude assez étonnante dans un débat politique.

Un peu sexiste?

Une réflexion qui fait tristement écho à une polémique survenue la veille de l'émission. Selon Le Canard enchaîné du 13 avril, la chroniqueuse aurait été choisie pour l'émission par Michel Field, directeur de l'information de France Télévisions, parce qu'elle était "virevoltante et sexy". Pourtant, la chroniqueuse d'On n'est pas couché n'est pas une débutante. En 2015, elle a même reçu le prix Philippe Caloni de la meilleure intervieweuse de l'année. Pour couronner le tout, beaucoup de téléspectateurs ont relevé sur les réseaux sociaux sa pugnacité face au Président, surtout lors du passage sur la question des migrants.

Le président avait comparé sa politique avec celle de la chancelière allemande Angela Merkel. "Nous avons une position identique", avait-il déclaré. Une réponse qui avait déclenché le désormais célèbre : "C'est une plaisanterie?" de Léa Salamé. À ce moment-là, "princesse Léa" ne semblait pas vraiment avoir peur de se faire dévorer par "l'ogre François".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/