1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Denis Baupin accusé de harcèlement sexuel : "On s'est toutes tues par égard pour Emmanuelle Cosse", raconte Isabelle Attard
1 min de lecture

Denis Baupin accusé de harcèlement sexuel : "On s'est toutes tues par égard pour Emmanuelle Cosse", raconte Isabelle Attard

RÉACTION - Isabelle Attard, députée du Calvados, témoigne des messages envoyés par Denis Baupin.

La députée Isabelle Attard à l'Assemblée nationale, le 20 janvier 2016
La députée Isabelle Attard à l'Assemblée nationale, le 20 janvier 2016
Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Denis Baupin accusé de harcèlement sexuel : "On s'est toutes tues par égard pour Emmanuelle Cosse", raconte Isabelle Attard
00:49
Julien Absalon & La rédaction de RTL

Scandale à l'Assemblée nationale. Contraint à démissionner de son poste de vice-président du Palais Bourbon, le député ex-EELV est mis en cause par 8 présumées victimes pour harcèlement et agression sexuelle. Parmi elles, figurent plusieurs députées écologistes dont Isabelle Attard.

Au micro de RTL, l'élue du Calvados évoque un harcèlement quasi quotidien par des SMS sans équivoque et "très nombreux" dès le début de son mandat. "C'est un peu séducteur au départ, puis après ça devient vite graveleux et salace", dit-elle avant de donner en exemple l'un des messages reçus : "Est-ce que tu veux devenir ma maîtresse ?"

"C'est aussi limpide que ça. Moi, j'avais demandé à des collègues qui recevaient les mêmes SMS si on ne pouvait pas rédiger un courrier commun pour lui dire d'arrêter", poursuit Isabelle Attard. Sauf que sa demande n'obtient pas de retour positif : "Je me suis retrouvée toute seule à vouloir faire ce courrier. Mais toute seule, on ne fait pas". 

"On voulait protéger Emmanuelle Cosse"

L'élue, connue notamment pour être une spécialiste des sujets sur le numérique, explique que les victimes n'ont pas fait éclater le scandale afin de ménager la compagne de Denis Baupin qui n'est autre que Emmanuelle Cosse, ministre du Logement. "On ne voulait pas lui faire de mal. On voulait la protéger. On s'est toutes tues par égard pour elle. Il faut qu'elle le sache. On ne cherche pas à nuire à Emmanuelle Cosse".

À écouter aussi

Cette affaire illustre la méfiance qu'ont les femmes victimes d'agressions sexuelles à porter ces faits devant la justice. "Il faut un jour ou l'autre que les femmes témoignent. C'est crucial de ne pas rester dans le silence. Il faut briser l'omerta en ce qui concerne le harcèlement sexuel en politique". 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/