2 min de lecture Enregistrements

Affaire Buisson : la justice se prononcera sur les enregistrements jeudi

La Cour d'appel rendra sa décision jeudi sur le sort des enregistrements réalisés par Patrick Buisson, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy et Patrick Buisson (archives).
Nicolas Sarkozy et Patrick Buisson (archives). Crédit : MIGUEL MEDINA, LIONEL BONAVENTURE / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Nicolas Sarkozy avait demandé le retrait des enregistrements de Patrick Buisson du site Atlantico, par une mesure d'urgence (le référé). La cour d'appel de Paris rend sa décision jeudi sur le sort de ces enregistrements.

Le tribunal avait estimé qu'il s'agissait bien d'une atteinte à la vie privée.

Mais le directeur du site avait fait appel, assurant qu'Atlantico avait respecté la vie privée et choisi de diffuser de courts extraits pour "illustrer l'existence du système d'enregistrements qu'avait mis sur pied M. Buisson" pendant tout le quinquennat Sarkozy.

Pour lui, il s'agit d'une question de "principe". Dès leur diffusion, les enregistrements et leur contenu ont connu un très large retentissement médiatique.

C'était un "devoir" de publier les extraits pour Atlantico

À lire aussi
La première Dame des États-Unis, Melania Trump, le 5 avril 2017. Melania Trump
États-Unis : des enregistrements embarrassants de Melania Trump révélés

Il a également fait appel contre la décision qui a ordonné le retrait d'extraits concernant Jean-Michel Goudard, ex-conseiller en communication de Nicolas Sarkozy.

La justice "a eu peur d'ouvrir les vannes" et de voir déferler d'autres enregistrements, avait estimé lors de l'audience le 28 mai devant la cour d'appel l'avocat d'Atlantico, Basile Ader.

Pour le site, c'était un "devoir" de publier ces extraits, qui mettaient notamment en lumière une "mainmise sur la justice", avait-il plaidé. Dans l'un d'eux, on entend Patrick Buisson dire que l'ex-secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant "se mouillait un petit peu" pour "les affaires auprès du parquet".

Condamné en première instance à verser 10.000 euros de dommages et intérêts à Nicolas Sarkozy ainsi qu'à son épouse, Patrick Buisson, l'ancien influent conseiller qui était passé par le journal d'extrême droite Minute, avait lui aussi fait appel.

La peur d'un grand déballage

Son avocat, Gilles-William Goldnadel, avait répété que son client n'était pas impliqué dans la diffusion des enregistrements, soutenant qu'ils lui avaient été "subtilisés".

Aucun autre extrait n'a depuis été diffusé ou retranscrit dans la presse, alors que certains à droite avaient redouté un grand déballage.

En revanche, des enregistrements ont été remis au juge Serge Tournaire qui enquête sur l'affaire des sondages de l'Elysée, selon une source proche du dossier. Dans ce dossier, la justice s'intéresse à la régularité des contrats conclus, sans appel d'offres, entre la présidence et neuf instituts de sondage, dont la société Publifact de Patrick Buisson, sous le quinquennat Sarkozy.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Enregistrements Patrick Buisson Nicolas Sarkozy
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants