1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Crise au PS : Marylise Lebranchu atterrée
1 min de lecture

Crise au PS : Marylise Lebranchu atterrée

La ministre de la Fonction publique aimerait que les socialistes arrêtent de "s'envoyer des petites phrases".

Marylise Lebranchu quittant le palais de l'Élysée le 3 juin 2014
Marylise Lebranchu quittant le palais de l'Élysée le 3 juin 2014
Crédit : AFP / ALAIN JOCARD
La rédaction numérique de RTL & AFP

La ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu a souhaité vendredi 24 octobre que les socialistes arrêtent de "s'envoyer des petites phrases qui désespèrent les gens" et s'est dite "désolée" par "l'ambiance globale" au PS.

"Ce que je reproche surtout aux socialistes" qui se chamaillent "c'est de ne rien apporter à la politique", a-t-elle déclaré sur Radio Classique et LCI. "L'ambiance globale" la "désole", a-t-elle dit. "Je préférerais qu'ils regardent les contributions des états généraux" du Parti socialiste "plutôt que de s'envoyer des petites phrases qui désespèrent les gens", a insisté la ministre, proche de Martine Aubry.

"Sans doute, l'arrivée des tweets a envenimé les choses, les gens se répondent et ne peuvent pas se contrôler suffisamment. Je pense que dans ces cas-là, il faut prendre une heure, deux heures, trois heures, quatre heures de réflexion avant de dire quelque chose", a conseillé Lebranchu. Les "déclarations" des uns et des autres "révoltent la population" et le PS a "une responsabilité sur l'ambiance politique globale", a ajouté la ministre.

Tensions au PS

"Les ministres qui sont sortis du gouvernement peuvent rester militants, faire leurs contributions aux états généraux, comme l'a fait d'ailleurs Martine Aubry, aller expliquer sur le terrain", a-t-elle poursuivi.

À lire aussi

Les tensions se sont accrues ces derniers jours au PS, entre la demande de Martine Aubry d'une réorientation de la politique économique du gouvernement, en marge de la publication de sa contribution aux Etats généraux du PS, l'abstention de 39 députés socialistes dont trois anciens ministres redevenus députés Benoît Hamon, Aurélie Filippetti et Delphine Batho, sur la partie recettes du budget 2015 et l'ouverture de Manuel Valls vers le centre, qui a reçu un accueil glacial au sein du camp socialiste.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/