1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Crise agricole : Henri Guaino plaide pour une politique de la "chaise vide" à Bruxelles
1 min de lecture

Crise agricole : Henri Guaino plaide pour une politique de la "chaise vide" à Bruxelles

REPLAY / INVITÉ RTL - L'élu des Yvelines estime que la France doit se montrer plus ferme avec ses partenaires européens.

Henri Guaino, invité de RTL, le 22 février 2016
Henri Guaino, invité de RTL, le 22 février 2016
Crédit : Cécile de Sèze / RTL.fr
"L'Europe ce n'est pas un Etat", lance Henri Guaino
10:01
Loi El Khomri : Henri Guaino dénonce une "destruction méthodique" des acquis sociaux
09:05
Julien Absalon
Julien Absalon

Le bras de fer entre le Royaume-Uni et l'Union européenne donne des idées. Invité de RTL, lundi 22 février, Henri Guaino s'est montré admiratif des négociations engagées par le pouvoir britannique en faisant planer la menace du "Brexit", à savoir le retrait du Royaume-Uni de l'UE. Le député des Yvelines aimerait ainsi que la France agisse avec autant de fermeté à Bruxelles : "C'est un problème d'attitude. Il y a des sujets sur lesquels nous devons savoir dire non". Il estime même qu'il faudrait aller jusqu'à boycotter des réunions : "On fait la chaise vide ou on impose nous-mêmes nos règles jusqu'à ce qu'on discute et qu'on arrive à conclure de façon conforme aux intérêts vitaux de chaque pays".

Henri Guaino considère qu'il s'agit du seul moyen de faire pression, notamment pour régler la crise agricole. "La France ne devrait plus siéger (à Bruxelles, ndlr) tant qu'on ne pose pas sérieusement le problème agricole européen sur la table parce qu'on ne s'en sortira pas autrement. Ça ne suffira peut-être pas mais c'est une condition absolument nécessaire. Il en va de même pour l'industrie".

Pour appuyer ses propos, l'élu des Républicains rappelle que la politique de la chaise vide avait permis au général de Gaulle d'aboutir au compromis de Luxembourg en 1966. "Le jour où il a considéré que les intérêts vitaux de la France et de son agriculture étaient menacés, il a dit : 'Vous ne voulez pas discuter ? Je m'en vais. Je fais la chaise vide'. Évidemment, tout le monde s'est remis autour de la table et on a fini par trouver un compromis".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/