2 min de lecture Parti communiste

Cotisations parlementaires : ce que les élus versent à leur parti d'origine

ENQUÊTE RTL - Rachida Dati, maire du VIIe arrondissement de Paris, n'a pas payé sa cotisation chez Les Républicains. Enquête sur les cotisations des élus.

Rachida Dati en conflit avec le groupe LR de Paris
Rachida Dati en conflit avec le groupe LR de Paris
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch Journaliste RTL

Une chose est sûre : pour tous les partis, récolter les cotisations rime avec galère. D'autant plus quand le parti part à vau-l'eau. Chez les Verts, chaque parlementaire doit en théorie reverser 1.300 euros par mois au parti. Cécile Duflot, qui se sait observée, n'a aucun arriéré. Ce n'est pas le cas de Jean-Vincent Placé, qui a laissé une ardoise de 13.000 euros avant de claquer la porte d'Europe Écologie Les Verts. François de Rugy doit, lui, 11.600 euros. Une dette identique pour son collègue député Sergio Coronado, qui n'a pourtant pas quitté le navire.

Des contributions vitales pour les partis

Chez Les Républicains, c'est notamment à cause des impayés des parlementaires que les finances sont mal en point. Le nouveau trésorier Daniel Fasquelle a commencé à faire du ménage. Tous les élus au bureau politique et à la commission exécutive, soit 150 élus environ, ont payé leur dû, qui représente 5% de leur salaire. Si Rachida Dati n'est pas à jour à la fédération parisienne, elle est ainsi en règle auprès du parti et peut donc siéger dans ses instances. 

Tous les élus nationaux ou locaux doivent cotiser auprès de leurs fédérations. Frédéric Péchenard, conseiller de Paris et bras droit de Nicolas Sarkozy rue de Vaugirard paye ainsi 170 euros par mois. D'autres rechignent. Daniel Fasquelle va ainsi proposer aux secrétariats départementaux d'établir un palmarès des bons et surtout des mauvais payeurs. Il serait ensuite présenté aux adhérents. Une mauvaise publicité dans le but de faire pression sur les endettés... Le député-maire du Touquet a a prévu 2 millions d'euros de recettes provenant des cotisations des élus dans son budget 2015. Il a bon espoir d'y parvenir : au 31 août, il en était à 1,67 millions d'euros. 

Au Parti socialiste, les parlementaires contrevenants ne seraient qu'une dizaine. Chaque mois, ils doivent s'acquitter de 500 euros. Impossible d'obtenir une investiture en cas de défaut de paiement. Au Parti communiste, c'est beaucoup plus : 2.600 euros mensuels en moyenne par député et sénateur. Au niveau local, l'équité prévaut : les élus payent en fonction de leurs moyens. Pour le PCF, ces contributions sont vitales, elles représentent la moitié de son budget annuel qui s'élève à 30 millions d'euros.

Les cotisations sont déductibles des impôts

À lire aussi
Strasbourg
Strasbourg : la maire refuse un prix doté de 10 millions d'euros

Au centre, l'UDI est bien moins gourmande. 2.000 euros par an et par parlementaire. Mais le parti, de par son jeune âge, a du mal à se faire payer. Le montant de la cotisation représente 3% de l'indemnité la plus élevée. C'est d'autant plus compliqué que l'UDI est une confédération de plusieurs pratis (Parti radical, Nouveau centre) qui ont aussi leur propre système de cotisation. L'an dernier, sur 1.500 élus étiquetés UDI au total dans le pays, ils n'étaient que 50 à avoir envoyé leur chèque. 

En 2014, le parti de Jean-Christophe Lagarde a récolté 18.100 euros contre un potentiel de 450.000 euros. "L'objectif en 2015, c'est 100.000 euros. C'est une de nos priorités", a expliqué à RTL Marianne Duranton, directrice financière de l'UDI. Ceux qui traînent les pieds peuvent difficilement invoquer le coût : les cotisations aux partis sont en effet déductibles des impôts.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Parti communiste UDI Parti socialiste
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants