2 min de lecture Politique

Convoquée à l'Assemblée, Royal se dit "pas dupe des arrières-pensées politiciennes"

Ségolène Royal a dénoncé, jeudi 26 décembre, "l'opération de communication" de deux députés qui demandent son audition à l'Assemblée nationale qui l'accusent notamment d'utiliser ses moyens d'ambassadrice des pôles à d'autres fins.

Ségolène Royal, le 2 décembre 2017
Ségolène Royal, le 2 décembre 2017 Crédit : Jacques Witt/SIPA
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Ségolène Royal a dénoncé, jeudi 26 décembre, "l'opération de communication" de deux députés qui demandent son audition à l'Assemblée nationale. Ces élus l'accusent notamment d'utiliser ses moyens d'ambassadrice des pôles à d'autres fins. La candidate socialiste à la présidentielle 2007 s'est dite "disposée" pour cette audition, rappelant qu'elle n'est “pas dupe des arrières-penséespoliticiennes". 


Deux députés, Christophe Naegelen (UDI), coresponsable de la mission d'information de l'Assemblée nationale sur la problématique des pôles, et son collègue macroniste Éric Girardin avaient indiqué, mardi 24 décembre, qu'ils allaient transmettre une convocation à l'ex-ministre de l'Environnement. Les deux élus attendent des explications sur son "absence à l'ensemble des réunions officielles au Conseil de l'Arctique" et "ses interventions médiatiques quasiment hebdomadaires sur la politique nationale".

En novembre, l'hebdomadaire Le Point et Franceinfo, avaient publié des enquêtes mettant en cause le comportement de Mme Royal. La chaîne d'info l'accusait de se servir de sa fonction - pour laquelle elle n'est pas rémunérée - et de ses trois collaborateurs, financés par le ministère des Affaires étrangères, pour promouvoir des activités personnelles.

Ils ne savent plus quoi inventer pour me faire taire

Ségolène Royal
Partager la citation

"A ce stade, je n'ai reçu aucune convocation. (...) C'est donc juste une opération de communication?, s'interroge Ségolène Royal, qui a vivement critiqué Emmanuel Macron et le gouvernement, notamment sur la réforme des retraites. "Ils ne savent plus quoi inventer pour me faire taire", estime-t-elle. Avant de renchérir : "Je fais juste mon devoir. (....) Et je continuerai chaque fois que nécessaire. Ils devront s'y habituer."

À lire aussi
Emmanuel Macron, président de la République, présente son plan de sortie de crise pour l'automobile le 26 mai 2020, avec Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances industrie
Coronavirus : le plan automobile de Macron, un retour du dirigisme ?

Aux reproches qui lui sont faits d'utiliser les moyens de sa mission (non rémunérée) à des fins personnels, l'ambassadrice aux pôles s'est défendue en rappelant qu'elle est soumise à "un contrôleur financier!". "Le conseil de l'Arctique, qui n'est qu'une des réunions parmi d'autres, je n'y vais pas par décision conjointe avec l'ambassadeur sur place, car la France n'en n'est pas membre et n'a pas la parole. Économisons donc les frais inutiles", assure également l'ancienne ministre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Ségolène royal Assemblée nationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants