1 min de lecture Extrême droite

Civitas, l'équivalent catholique des "mouvements salafistes", estime Olivier Falorni

INVITÉS RTL - Olivier Falorni et Alain Escada débattent autour de la mutation de l'association d'extrême droite, en parti politique.

Yves Calvi 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Civitas, l'équivalent catholique des "mouvements salafistes", pour Olivier Falorni Crédit Image : MIGUEL MEDINA / AFP | Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date : La page de l'émission
Yves Calvi
Yves Calvi et Paul Véronique

L’organisation catholique d’extrême droite Civitas a annoncé qu’elle allait former un "mouvement politique inspiré par le droit naturel et la doctrine sociale de l'Église catholique", dans le but de "rechristianiser la France". Bénéficiant jusqu'ici d'un statut associatif, Civitas a obtenu en toute discrétion le statut de parti politique le 23 avril. En tant que mouvement politique, l’institut traditionaliste pourra désormais bénéficier d’une exonération fiscale sur les dons qu’elle perçoit.

Olivier Falorni, député de Charente-Maritime ne porte pas vraiment Civitas dans son cœur. L'association, devenue parti politique, représente pour lui un mouvement "intégriste", dangereux pour la démocratie. Il reprend des propos de l'organisation, publiés dans une revue de juin 2016 : "La démocratie, c'est le mal, la démocratie, c'est la mort, on pourrait ajouter, la démocratie, c'est le mensonge."  Pour l'élu de gauche, "tout est résumé".

La démocratie, c'est le mal, la démocratie, c'est la mort, on pourrait ajouter, la démocratie, c'est le mensonge.

Civitas
Partager la citation

Alain Escada, le leader du mouvement catholique intégriste se défend en affirmant que "la démocratie ne fonctionne pas aujourd'hui en France". Il s'estime donc légitime à la critiquer. Il ajoute que les électeurs français seraient prisonniers d'une sorte de carcan, dans lequel les hommes politiques du "système" les enfermeraient. Poursuivant dans une argumentation conspirationniste, Alain Escada va ensuite accuser Olivier Falorni de faire partie du Grand Orient (franc-maçon, ndlr). Alors que lui veut "défendre la famille, la vie et une vision chrétienne de la société".

À lire aussi
Esteban Morillo et Samuel Dufour, les deux principaux accusés du procès de la mort de Clément Méric procès
Procès Clément Méric : des peines de 7 et 11 ans prononcées contre les skinheads

"Escada, c'est un peu le serpent dans le livre de la jungle, celui qui dit, ait confiance' pour mieux vous étouffer", tacle Olivier Falorni. "Pour moi ça n'est pas possible", martèle-t-il rappelant notamment une manifestation du groupuscule, en 2012, contre ce qu'elle appelait alors "l'homofolie". Selon le député, le mouvement Civitas s'inscrit dans la même logique que les mouvements salafistes. "Il y a beaucoup de points communs", assure-t-il. Pour le moment Civitas n'envisage pas de présenter de candidat à la présidentielle, mais espère bien, "peser sur le débat en présentant des points de vue et des positions".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Extrême droite Civitas Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783895181
Civitas, l'équivalent catholique des "mouvements salafistes", estime Olivier Falorni
Civitas, l'équivalent catholique des "mouvements salafistes", estime Olivier Falorni
INVITÉS RTL - Olivier Falorni et Alain Escada débattent autour de la mutation de l'association d'extrême droite, en parti politique.
https://www.rtl.fr/actu/politique/civitas-l-equivalent-catholique-des-mouvements-salafistes-pour-olivier-falorni-7783895181
2016-06-29 11:10:16
https://cdn-media.rtl.fr/cache/gAoHwOdFCxogXD12p8jFSg/330v220-2/online/image/2016/0629/7783898479_000-par7555496.jpg