1 min de lecture Doubs

Besançon : un arrêté anti-mendicité fait polémique

Le maire de Besançon a pris un arrêté contre la mendicité, sur "une forte demande" des habitants. En 2011, il était pourtant loin d'être favorable à une telle mesure.

>
Besançon : un arrêté anti-mendicité fait polémique Crédit Image : KENZO TRIBOUILLARD / AFP | Crédit Média : Nerissa Hemani | Durée : | Date :
Thibaut Deleaz
Thibaut Deleaz
et La rédaction de RTL

Un arrêté anti-mendicité pris par la ville de Besançon (Doubs) cet été fait polémique. Le texte, révélé par L'Est Républicain, dispose que "la consommation d’alcool, la mendicité accompagnée ou non d’animaux, les regroupements ainsi que la station assise ou allongée lorsqu’elle constitue une entrave à la circulation publique, sont interdites".

L'arrêté municipal est en vigueur depuis le 9 juillet et jusqu'au 30 septembre, uniquement dans certaines rues du lundi au samedi, de 10 heures à 20 heures. Des restrictions d'espace et de durée nécessaires pour qu'il reste légal, indique la mairie. En cas d'infraction, les contrevenants s'exposent à une amende de 38 euros.

"Cet arrêté fait suite à une demande très forte des commerçants, des habitants du centre-ville, des personnes âgées", explique Jean-Louis Fousseret, maire (REM) de Besançon à France 3. "Il y a beaucoup d'occupation abusive ou inadapté de lieux publics", précise-t-il sur RTL.

Le changement de position du maire

Mais l'arrêté municipal ne plaît pas à tout le monde, et une centaine de personnes se sont réunies samedi 18 août pour protester. À ceux qui le taxent de maire anti-mendicité, Jean-Louis Fousseret assure à RTL que "ce n'est pas pour rejeter les personnes en difficulté loin de la ville, bien au contraire, nous sommes là pour les aider".

À lire aussi
La ville de Besançon est située dans le Doubs doubs
Doubs : un homme poursuivi pour avoir agressé un agent SNCF

Sur Twitter, un internaute fait pourtant remarquer que le maire, élu sous l'étiquette PS et devenu REM depuis, n'a pas toujours été de cet avisDans un communiqué de 2011, il soulignait que la mendicité était déjà interdite par la loi et qu'il n'y avait pas besoin de légiférer.

En 2011, le maire de Besançon refusait de prendre un arrêté contre la mendicité
En 2011, le maire de Besançon refusait de prendre un arrêté contre la mendicité Crédit : Bulletin officiel de la commune de Besançon

"Ce que je veux moi, ce n’est pas combattre les pauvres, je veux lutter contre la misère", affirmait Jean-Louis Fousseret. "Peut-être que la vue de la misère insupporte certains", notait-il, invitant plutôt à "trouver des solutions" qu'à légiférer. "Pour moi ce serait un échec dramatique, je dis bien dramatique, de notre modèle républicain, de légiférer contre la mendicité."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Doubs Besançon Maires
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants