1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Alba Ventura : "Jouyet et le soupçon qui tue"
2 min de lecture

Alba Ventura : "Jouyet et le soupçon qui tue"

REPLAY - Quand Fillon déjeune avec Jouyet, il ne le fait pas seulement avec un de ses anciens ministres, mais surtout avec le secrétaire général de l'Élysée, donc le bras droit de Hollande.

Alba Ventura
Alba Ventura
Crédit : Elodie Grégoire
Alba Ventura : "Jouyet et le soupçon qui tue"
03:08
Alba Ventura : "Jouyet et le soupçon qui tue"
03:08
L'invité de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura

Le secrétaire général de l'Élysée, Jean-Pierre Jouyet, a reconnu dimanche 9 novembre avoir échangé, au cours d'un déjeuner avec François Fillon, des affaires concernant Nicolas Sarkozy. L'ancien Premier ministre parle d'un "scandale d'État". Mais quand cela va-t-il s'arrêter ? En deux ans et demi, on aura eu Jérôme Cahuzac, Aquilino Morelle, ThomasThévenoud, et maintenant Jean-Pierre Jouyet. C'est quoi la prochaine affaire ?

Le soupçon est là

Quoi qu'il se soit passé lors de ce déjeuner, on se demande pourquoi l'homme le plus proche de François Hollande va déjeuner avec une des figures de l'opposition, au moment où Nicolas Sarkozy s'apprête à faire son retour ? Certes, il arrive que deux personnes du camp adverse se voient. Jean-Pierre Jouyet a été ministre de François Fillon. Mais là, on se dit que ça a forcément un caractère politique (et celui qui vous dit le contraire est un menteur).

Par ailleurs, même si Fillon et Jouyet se sont parlé de banalités au restaurant et de la cuisson de la côte de bœuf, pourquoi le secrétaire général de l'Elysée est-il allé raconter la teneur de son rendez-vous à deux journalistes du Monde ? On nage en plein délire.

Le soupçon tue encore plus que la vérité

Alba Ventura

On voit, d'un côté, un Jean-Pierre Jouyet dont les propos ont été enregistrés par les journalistes, qui change de version en 36 heures (d'ailleurs il serait temps d'entendre l'enregistrement) et qui, après avoir protégé, François Fillon, le "balance". De l'autre côté, on a un François Fillon qui se pose en victime et qui affirme que Jean-Pierre Jouyet ment. C'est parole contre parole. Il y en a forcément un des deux qui ment.

À lire aussi

Le plus terrible dans cette affaire, c'est qu'avec tout ce qui est raconté - vrai ou pas vrai -, il y a de toute façon le soupçon qu'il s'est passé quelque chose. On le sait : le soupçon tue encore plus que la vérité.

Dans cette affaire, en tout cas,  il y a au moins deux perdants. D'abord, François Fillon, qui n'était déjà pas au mieux de sa forme. Le troisième homme du duel Juppé/ Sarkozy se retrouve embarqué dans une affaire qui revient secouer la droite. Même si c'est faux, ses adversaires en feront un traître. L'autre perdant, c'est Jean-Pierre Jouyet, qui se retrouve quand même pris en flagrant délit de mensonge.

L'Élysée hérite d'une guerre des droites

Jean-Pierre Jouyet peut-il rester secrétaire général de l'Élysée ? Cela paraît difficile. Derrière lui, il y a François  Hollande. Il engage la Présidence. Le chef de l'État peut aussi être embarqué dans le soupçon. La droite s'en sert déjà pour alimenter une machination et une manœuvre contre Nicolas Sarkozy.

François Hollande va devoir trancher. Il va devoir sans doute prendre ses distances et se justifier, dire qu'il n'était pas au courant, qu'il n'a pas envoyé son secrétaire général dans cette affaire, ne serait-ce que pour se protéger.

Dans cette affaire, l'Élysée a quand même réussi à se prendre en boomerang - "en pleine poire", si l'on ose dire - une guerre des droites, qui aurait dû le servir. C'est quand même un exploit.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/