1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Alain Juppé : "Les électeurs de gauche ne portent pas de signe distinctif"
1 min de lecture

Alain Juppé : "Les électeurs de gauche ne portent pas de signe distinctif"

INVITÉ RTL - Le candidat finaliste à la primaire de la droite et du centre considère que le vote des électeurs de gauche n'a pas faussé le premier tour du scrutin.

Alain Juppé, invité de RTL le 23 novembre 2016.
Alain Juppé, invité de RTL le 23 novembre 2016.
Crédit : Romain Boé pour RTL.fr/Sipa
Les électeurs de gauche "ne portent pas de signe distinctif", lance Alain Juppé
16:34
Alain Juppé : "Les électeurs de gauche ne portent pas de signe distinctif"
01:32
Alain Juppé était l'invité de RTL le mercredi 23 novembre 2016
12:04
Yves Calvi & Philippe Peyre

Alain Juppé a répondu aux questions des auditeurs de RTL ce mercredi 23 novembre. Le candidat finaliste à la primaire de la droite et du centre, largement devancé par son adversaire François Fillon au premier tour, a été interrogé sur la mobilisation des électeurs dits de gauche lors de ce scrutin. "Trouvez-vous normal que 600.000 électeurs de gauche soient allés voter lors de la primaire de droite ?", lui a demandé un auditeur qui souligne que cela représente 15% de l'électorat. "Je trouve ça scandaleux et je trouve que cela a pollué le résultat de la primaire", a-t-il déploré.

"Je ne partage votre sentiment. Les règles étaient claires", a rétorqué Alain Juppé, faisant référence à la charte des valeurs républicaines de la droite et du centre que chaque électeur se devait de signer. "Ceux qui l'ont signée ne sont pas de mon point de vue suspect de trahison ou de mensonges", a-t-il ajouté, assurant qu'il ne savait pas ce qu'on appelle des électeurs de gauche. "Je ne sais pas comment on les reconnait, ils ne portent pas de signe distinctif", a ironisé le maire de Bordeaux. 

Il faut rassembler largement

Alain Juppé

L'ex-favori de cette primaire a confié que lors de sa visite à Toulouse mardi 22 novembre, il lui aurait été confié que les communes de gauche de la banlieue de la ville rose avaient voté massivement pour François Fillon : "C'est très difficile d'interpréter exactement ce phénomène, a-t-il insisté. Je n'ai pas cette vision la de la société française, droite gauche les unes contre les autres, il faut rassembler largement", se réjouissant de la réussite de cette primaire en terme de mobilisation : "Cela prouve que les Français ont envie de dire leur mot et que ce ne soit pas les partis politiques qui décident à leur place, c'est ça la démocratie". 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/