1 min de lecture Brice Hortefeux

Affaire Sarkozy : Hollande et le gouvernement veulent marquer leur différence

DÉCRYPTAGE - S'ils se gardent bien de se réjouir des déboires de Nicolas Sarkozy et de l'UMP, François Hollande et son gouvernement en profitent pour marquer leur différence avec leurs prédécesseurs.

François Hollande clôture le conseil stratégique pour l'attractivité, le 17 février au palais de l'Élysée
François Hollande clôture le conseil stratégique pour l'attractivité, le 17 février au palais de l'Élysée Crédit : AFP / PHILIPPE WOJAZER
Yaël Goosz et La rédaction numérique de RTL

Un contre-feux prévisible allumé par une droite aux abois. Voilà comment la mise en cause claire et directe de Brice Hortefeux, qui a dénoncé à demi-mots un complot gouvernemental contre Nicolas Sarkozy, a été reçue au palais de l'Élysée. "C'est de bonne guerre mais c'est puéril", regrette un proche du Président, qui s'étonne des vieux réflexes sarkozystes.

"Il va falloir que la droite apprenne, qu'avec nous, la justice est indépendante", abonde un autre, tandis que l'Élysée répète en boucle ce même message : "On ne se mêle pas de ça", tout en martelant son respect absolu de l'indépendance des magistrats. "C'est fini la bande à Guéant, à Balkany, à Hortefeux, à Sarkozy", se lâche même un intime de François Hollande.

François Hollande préfère être à sa place

"Il n'y a plus d'instruction, ce temps-là est révolu." Voilà ce qu'on dit chez Christiane Taubira. La tonalité est la même chez Manuel Valls, où les services de la Place Beauvau se bornent à répéter que le ministre n'a évidemment pas été mis au courant des écoutes et de leur contenu.

Mais alors, que faut-il comprendre de la petite phrase de François Hollande, qui, d'après le Journal du dimanche, aurait confié à quelques députés à propos de son prédécesseur : "Ne vous inquiétez pas, je le surveille. Je sais exactement ce qu'il fait." "Aucun rapport, dit un proche, il ironisait sur la vie publique de Nicolas Sarkozy et sa stratégie des cartes postales".

À lire aussi
L'invité de RTL manifestations
Policiers : "Le gouvernement doit dire qu'il soutient les forces de l'ordre", selon Hortefeux

Autre confidence récente du Président : "Je préfère être à ma place." Une sortie lourde de sous-entendus. Mais c'était bien avant la semaine noire de Jean-François Copé, Patrick Buisson et Nicolas Sarkozy.

>
Affaire Sarkozy : Hollande et le gouvernement veulent marquer leur différence Crédit Média : Yaël Goosz | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brice Hortefeux Christiane Taubira Claude Guéant
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants