1 min de lecture Affaire Bygmalion

Affaire Bygmalion : l'ex-directeur de campagne de Sarkozy reconnaît des "dérapages" financiers en 2012

Jérôme Lavrilleux a reconnu que des prestations fournies par Bygmalion avaient été facturées à l'UMP au lieu d'être imputées aux comptes de campagnes de Sarkozy.

Jérôme Lavrilleux, le 26 mai 2014
Jérôme Lavrilleux, le 26 mai 2014 Crédit : BFM TV
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

L'ex-directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, Jérôme Lavrilleux, a reconnu ce lundi 26 mai des "dérapages" dans les factures de l'affaire Bygmalion et confirme ainsi des révélations faites un peu plus tôt par l'avocat de Bygmalion.

"Il y a eu des factures présentées à l'UMP qui correspondaient à des dépenses faites pour la campagne" du chef de l'Etat sortant, a déclaré sur BFMTV ce proche de Jean-François Copé. Les dépenses de campagne "sont plafonnées", "au-delà d'une certaine somme, on ne peut plus les intégrer dans le compte de campagne", a-t-il expliqué. Or "il y a eu un dérapage sur le nombre - non pas sur la valeur - mais sur le nombre d'événements qui ont été organisés dans le cadre de cette campagne" nécessitant du coup de les facturer à l'UMP.

Il a affirmé que ni Jean-François Copé, ni Nicolas Sarkozy n'étaient au courant. "Je n'ai jamais eu à discuter ce genre de sujet, ni avec M. Sarkozy, ni avec M. Copé. J'assume mes responsabilités", a dit JérômeLavrilleux, très ému, précisant qu'il y avait eu "environ 11 millions d'euros de dépenses liées à la campagne ventilées sur d'autres opérations". Mais "il n'y a eu aucune malversation, aucun paiement en liquide", a-t-il lancé en pleurs.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Affaire Bygmalion Politique UMP
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants